12.06.22
20:00

Législatives françaises: le duel Nupes-Ensemble! a déjà commencé en vue du second tour

La majorité sortante d'Emmanuel Macron et la coalition de gauche (Nupes) emmenée par Jean-Luc Mélenchon ont entamé sans attendre leur duel d'entre-deux tours des élections législatives, après avoir largement dominé le premier tour dimanche devant le Rassemblement national et la droite.

Dès 20H00, les représentants de la Nupes, au coude-à-coude en voix devant la majorité sortante d'après les instituts de sondage, ont contesté les projections prévoyant une majorité de sièges pour les soutiens d'Emmanuel Macron à l'issue du second tour, dimanche 19 juin.

Mais pour la Première ministre Élisabeth Borne, la coalition présidentielle est "la seule force politique en mesure d'obtenir la majorité" à l'Assemblée.

En tête dans sa circonscription du Pas-de-Calais, Marine Le Pen a de son côté jugé "possible d'envoyer un groupe très important" du parti d'extrême droite au Palais-Bourbon.

De nombreux responsables politiques ont également déploré le fort taux d'abstention, un "fait majeur qui doit tous nous interroger" selon la porte-parole du gouvernement Olivia Grégoire.

 

ENSEMBLE! (MAJORITE SORTANTE)

La Première ministre Élisabeth Borne a lancé les hostilités pour le second tour, estimant qu'Ensemble! était "la seule force politique en mesure d'obtenir la majorité" à l'Assemblée.

Lire aussi: Ensemble!, "seule force politique en mesure d'obtenir la majorité" à l'Assemblée, affirme Borne

"Face aux extrêmes, nous seuls portons un projet de cohérence, de clarté et de responsabilité. J’appelle donc toutes les forces républicaines à se rassembler autour de ce projet et de nos candidats", a poursuivi la cheffe du gouvernement.

Le ministre des Comptes publics Gabriel Attal a lui aussi prédit un "second tour de clarification" entre la macronie et la Nupes.

"La réalité, c’est qu’il y a un projet, le nôtre, qui est européen, et puis un projet, le leur, qui s’éloigne de l’Union européenne. Un projet, le nôtre, qui est républicain, et un projet, le leur, qui s’éloigne à bien des égards de la République", a attaqué l'ancien porte-parole du gouvernement.

La porte-parole du gouvernement Olivia Grégoire s'est, quant à elle, dite "content(e) de voir que la majorité est présente dans une écrasante majorité de circonscriptions".

 

GAUCHE

"La vérité est que le parti présidentiel est battu et défait", a réagi le leader de la Nupes, Jean-Luc Mélenchon, pour qui sa coalition "sera présente dans plus de 500 circonscriptions au deuxième tour".

"Nous avons déjoué tous les pronostics et nous sommes en tête au premier tour" et dimanche prochain "la victoire est possible", a abondé la députée LFI sortante de Seine-Saint-Denis, Clémentine Autain.

Le 19 juin, "ce sera Mélenchon contre Borne", a résumé un autre député LFI sortant, Bastien Lachaud.

Lire aussi: Mélenchon juge "le parti présidentiel défait", appelle ses électeurs à "déferler" au second tour

 

RASSEMBLEMENT NATIONAL

Largement en tête dans sa circonscription mais contrainte à un second tour, Marine Le Pen a jugé possible d'envoyer "un groupe très important" du Rassemblement national (RN) à l'Assemblée nationale.

En cas de duel entre la majorité présidentielle et la Nupes, elle a appelé ses électeurs à "ne pas choisir entre les destructeurs d'en haut et les destructeurs d'en bas". "La France n'est ni une salle de marché, ni une Zad", a lancé la responsable d'extrême droite.

Alors que les candidats du RN (18,5% à 19,8% selon les estimations) n'ont pas réussi à capitaliser sur la dynamique de Marine Le Pen à la présidentielle, le président du parti Jordan Bardella a appelé les électeurs au "sursaut", jugeant qu'il n'y avait "pas de fatalité" à l'alternative entre majorité présidentielle et union de la gauche.

Lire aussi: Le RN limite l'érosion et espère un groupe à l'Assemblée

DROITE

De son côté, la droite totaliserait entre 11,4% et 14% des voix, un score bien plus élevé que les 4,76% de la candidate des Républicains (LR) Valérie Pécresse à la présidentielle. Le sénateur Philippe Bas a salué "un redressement très net" de LR, qui pourrait néanmoins perdre sa place de premier groupe d'opposition au Palais-Bourbon dimanche prochain.

 

AFP

Partager cet article

En lien avec l'article