26.05.22
12:50

Royaume-Uni: un paquet d'aides aux factures énergétiques attendu jeudi

Le gouvernement britannique doit annoncer jeudi dix milliards de livres d'aides aux factures énergétiques, qui pourraient être financées par une taxe controversée sur les géants du secteur, selon la presse britannique.

Une annonce du ministre des Finances est attendue au Parlement à 11H30 locales (10H30 GMT) sur le programme d'aides et la taxe spéciale sur les bénéfice des entreprises pétrolières et des énergéticiens.

Le gouvernement faisait valoir ces dernières semaines qu'il avait déjà dédié 22 milliards de livres à des aides aux plus modestes face à l'inflation, montant qui était régulièrement dénoncé comme bien trop faible par ses opposants ou par les syndicats et associations de lutte contre la pauvreté.

Le Premier ministre conservateur, Boris Johnson, et ses ministres se sont longtemps opposés à une telle taxe, affirmant, en écho aux géants sectoriels, qu'elle risquait de nuire à l'investissement dans les énergies renouvelables et à la transition vers la neutralité carbone.

Mais avec la publication d'un rapport accablant sur de multiples fêtes arrosées à Downing Street en plein confinement, le Premier ministre, qui refuse de démissionner, semble parti pour céder à la pression.

Stephen Barclay, un membre influent du gouvernement, a réfuté jeudi sur Sky News le fait que le calendrier de ces annonces soit destiné à tourner la page du scandale, affirmant que le Trésor s'était calé sur les annonces par l'autorité de l'électricité (Ofgem) des hausses de plafonds tarifaires attendues cet automne.

Il a ajouté sur la chaine de radio LBC que le ministre des Finances Rishi Sunak allait "décrire à la Chambre des Communes (...) des mesures ciblées de soutien aux familles" défavorisées, qui seront les plus durement frappées par l'inflation galopante.

Celle-ci a atteint 9% en avril, un sommet en 40 ans.

L'Ofgem a prévenu mardi que le plafond des prix énergétiques pourrait augmenter de plus de 40% en octobre, soit 800 livres (plus de 930 euros) supplémentaires par an et par foyer.

Parallèlement, les géants énergétiques ont vu leurs bénéfices trimestriels dopés par l'envolée des cours des hydrocarbures, qui s'est accélérée avec l'invasion russe de l'Ukraine.

En plus des factures électriques et de la nourriture qui s'envolent, le prix de l'essence lui aussi grimpe à des records historiques: il a dépassé pour la première fois 1,70 livre (près de 2 euros) le litre au Royaume-Uni, l'association d'usagers de la route RAC ayant elle aussi appelé mercredi à des "mesures pour alléger le fardeau sur les conducteurs".

La crise du coût de la vie commence à peser sérieusement sur l'activité britannique, selon l'indice Flash Composite publié mardi par S&P Global. Ce baromètre avancé de la croissance a dévissé en mai à son plus bas niveau depuis le confinement de l'hiver 2021.

Les informations de presse sur une taxe exceptionnelle sur les bénéfices des entreprises énergétiques ont par ailleurs pesé lourdement cette semaine sur les actions des groupes concernés: SSE a par exemple dévissé de 5% sur la semaine.

Partager cet article