24.05.22
13:25

Tokyo proteste après le passage de bombardiers chinois et russes près du Japon

Des bombardiers chinois et russes ont volé ensemble mardi à proximité du territoire japonais, a annoncé le ministre nippon de la Défense Nobuo Kishi, précisant que Tokyo avait officiellement protesté contre Pékin et Moscou en exprimant ses "graves inquiétudes".

Ces vols sino-russes ont coïncidé avec la tenue mardi à Tokyo d'un sommet du "Quad", alliance informelle rassemblant les dirigeants des Etats-Unis, du Japon, de l'Australie et de l'Inde, tous préoccupés par l'influence militaire croissante de la Chine en Asie-Pacifique. "Deux bombardiers chinois ont rejoint deux bombardiers russes en mer du Japon et ont effectué un vol groupé vers la mer de Chine orientale", a déclaré M. Kishi à la presse.

Après cela, quatre avions au total, dont probablement deux autres bombardiers chinois et deux bombardiers russes "ont opéré un vol groupé de la mer de Chine orientale à l'océan Pacifique", a ajouté le ministre. Un avion russe de surveillance et de renseignement a par ailleurs volé mardi au nord de l'île japonaise septentrionale de Hokkaido jusqu'à la péninsule de Noto (centre du Japon), a poursuivi M. Kishi, qualifiant ces agissements de particulièrement "provocateurs" le jour du sommet du Quad à Tokyo.

"Nous avons exprimé par les canaux diplomatiques nos graves inquiétudes du point de vue de notre pays et pour la sécurité régionale", a dit M. Kishi. "Alors que la communauté internationale répond à l'agression de l'Ukraine par la Russie, le fait que la Chine ait entrepris une telle action en collaboration avec la Russie (...) est préoccupant. Cela ne peut être sous-estimé", a-t-il encore souligné.

Les avions chinois et russes n'ont toutefois pas pénétré l'espace aérien japonais, et il s'agissait de la quatrième fois que de tels vols groupés avaient lieu à proximité du Japon depuis novembre dernier, a précisé ultérieurement le ministère japonais de la Défense à l'AFP.

Partager cet article

En lien avec l'article