21.05.22
21:49

Un quatrième cas de variole du singe détecté en Belgique

Alors que le ministre fédéral de la Santé publique Frank Vandenbroucke (Vooruit) annonçait hier un 3e cas de variole du singe en Belgique, le microbiologiste Emmanuel André indique ce samedi soir qu'un nouveau cas avait été détecté.

"Les laboratoires travaillent 7/7 pour offrir un diagnostic rapide (PCR et séquençage) pour les patients ayant une suspicion d’infection à la variole du singe. Aujourd’hui, nous avons pu confirmer un quatrième cas d’infection en Belgique. Ce patient est pris en charge en région wallonne et a un lien avec l’événement à Anvers auquel au moins deux autres personnes infectées avaient participé. Il est important que toutes les personnes présentant des lésions suspectes puissent rapidement se présenter chez leur médecin ou un service d’urgence pour qu’un diagnostic soit fait rapidement."

a tweeté le spécialiste.

"Trois cas de variole du singe ont été identifiés en Belgique, plus précisément en Flandre. Ces dernières semaines, des cas ont été identifiés en Europe : au Royaume-Uni, au Portugal et en Espagne, principalement chez les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH).",

déclarait hier M. Vandenbroucke.

Il y a deux jours, Isabel Brosius de l'Institut de médecine tropicale (IMT) d'Anvers, annonçait un premier cas de contamination à la variole du singe en Belgique. tandis qu'un deuxième cas a été diagnostiqué à Louvain. 

Les personnes contaminées par la variole du singe doivent s’isoler durant 21 jours a annoncé le groupe d’expert du Risk Assessment Group. Le RAG recommande également d'aller aux urgences en cas de suspicion de variole du singe, et non chez un médecin généraliste.


Les cas pourraient s'accélérer en Europe

Les cas de variole du singe pourraient s'accélérer en Europe, a estimé vendredi un responsable régional de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) tandis qu'au moins huit pays européens ont recensés des malades, dont 20 au Royaume-Uni.

Alors que nous entrons dans la saison estivale (...) avec des rassemblements, des festivals et des soirées, je crains que la transmission s'accélère", a affirmé le directeur de l'OMS pour l'Europe, Hans Kluge.

Des cas de ce virus endémique en Afrique de l'Ouest ont été enregistrés dans plusieurs pays occidentaux depuis début mai, notamment au Royaume-Uni, aux Etats-Unis, au Canada, ou encore au Portugal, en France ou en Suède.

L'étendue de la transmission est "atypique", a estimé M. Kluge, soulignant que "tous les cas récents sauf un n'avaient pas voyagé dans des zones où la variole du singe est endémique".

La plupart des cas ont été recensés parmi des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes, a par ailleurs indiqué M. Kluge, l'OMS ayant déjà indiqué vouloir faire la lumière sur la transmission du virus au sein de la communauté homosexuelle.

Vendredi, le Royaume-Uni a annoncé avoir enregistré onze nouveaux cas du virus, portant à 20 le nombre de personnes contaminées dans le pays. La France, la Belgique et l'Allemagne ont par ailleurs recensé leurs premiers cas.

Selon la responsable médicale de l'Agence britannique de sécurité sanitaire (UKHSA), Susan Hopkins, "cette hausse devrait continuer dans les prochains jours". Elle a enjoint les personnes gay et homosexuelles à être attentives au moindre symptôme.

Les symptômes recouvrent fièvre, mal de tête, douleurs musculaires, mal de dos, ganglions lymphatiques enflés, frissons et fatigue. Des éruptions cutanées peuvent survenir, souvent sur le visage, et se répandre à d'autres parties du corps donc les parties génitales, avant de passer par différentes phases, de former une croûte et de tomber.

Il n'existe pas de traitement pour la variole du singe, qui se transmet par contact avec une personne atteinte ou ses liquides organiques, dont la salive. Cette infection virale se guérit d'elle-même. 

Selon l'UKHSA, le virus ne se transmet "pas facilement" entre personnes et le risque pour la population au Royaume-Uni est "faible". 

Sajid Javid, le ministre britannique de la Santé vendredi, a précisé vendredi que "la plupart des cas (au Royaume-Uni) sont légers". Et "je peux confirmer que nous avons mis à disposition un plus grand nombre de doses de vaccins efficaces contre la variole du singe", a-t-il ajouté.

A l'exception du premier cas - la personne infectée avait récemment voyagé au Nigeria, en Afrique de l'Ouest où cette maladie virale est endémique -, les malades ont été contaminés dans le pays.

Partager cet article