19.05.22
21:59

Etats-Unis et Russie se rejettent la responsabilité de l'aggravation de l'insécurité alimentaire

Les Etats-Unis et la Russie se sont rejetés jeudi à l'ONU la responsabilité de l'aggravation de l'insécurité alimentaire dans le monde, Washington appelant Moscou à permettre les exportations de céréales ukrainiennes bloquées dans les ports de la mer Noire.

"Arrêtez de bloquer les ports de la mer Noire! Autorisez la libre circulation des navires, des trains et des camions transportant de la nourriture hors d'Ukraine", a lancé le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, lors d'une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU organisée par les Etats-Unis.

"Arrêtez de menacer de suspendre les exportations de nourriture et d'engrais vers les pays qui critiquent votre guerre d'agression", a-t-il ajouté.

Selon Antony Blinken, "l'approvisionnement alimentaire de millions d'Ukrainiens et de millions d'autres personnes dans le monde a littéralement été pris en otage par l'armée russe". 

Dénonçant une volonté occidentale "de faire porter le chapeau à la Russie pour tous les problèmes du monde", l'ambassadeur russe à l'ONU, Vassily Nebenzia a rejeté en bloc les accusations occidentales.

La crise alimentaire dans le monde existe depuis longtemps et ses causes profondes viennent d'une "spirale inflationniste" alimentée par des coûts d'assurances en hausse, des flux logistiques difficiles, et "les spéculations sur les marchés occidentaux", a dit le diplomate russe.

Les ports ukrainiens sont bloqués par l'Ukraine, par les mines disséminées par ce pays le long des rives de la mer Noire, par l'absence d'une volonté de coopération de Kiev avec des armateurs pour libérer plusieurs dizaines de navires étrangers, a-t-il aussi affirmé.

Vassily Nebenzia a une nouvelle fois dénoncé l'imposition des sanctions occidentales contre son pays, assurant que leurs conséquences aggravent l'insécurité alimentaire.

"Les sanctions ne bloquent pas les ports de la mer Noire, ne piègent pas les navires remplis de nourriture et ne détruisent pas les routes et les voies ferrées ukrainiennes", avait au préalable souligné Antony Blinken.

"Les sanctions n'empêchent pas la Russie d'exporter de la nourriture et des engrais" et elles "incluent délibérément des exclusions pour la nourriture, les engrais et les semences en provenance de Russie", a ajouté le secrétaire d'Etat, pour qui "la décision de faire de la nourriture une arme vient de Moscou et de Moscou seul".

Au lendemain d'un appel à la Russie du secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, pour libérer les exportations de céréales ukrainiennes, quelque 80 pays avaient prévu au total de s'exprimer jeudi à la réunion du Conseil de sécurité.

 

AFP

Partager cet article