18.05.22
19:52

Rançon réclamée après la cyberattaque du groupe hospitalier Vivalia

Depuis samedi dernier, le groupe hospitalier Vivalia fonctionne au ralenti. En cause: une attaque informatique majeure.

Et aujourd’hui, on connaît le coupable puisque l’organisation criminelle ransomware Lockbit a revendiqué l’attaque et aurait réussi à extraire des données qu’elle menace de diffuser. 400 gigaoctets de données pour être précis.

Elle demande alors une rançon et menace de rendre ces données publiques si le paiement n’est pas effectué d’ici huit jours.

Selon Yves Bernard, directeur général de Vivalia, on peut espérer un rétablissement du système la semaine prochaine.

Partager cet article