17.05.22
11:30

Agressions homophobes : "Ce n'est que la partie visible de l'iceberg"

En Belgique, quelque 282 dossiers à caractère homophobe ont été traités entre 2017 et 2021. Un chiffre loin de refléter la réalité en cette journée mondiale contre l'homophobie. Ils ne concernent que des coups et blessures volontaires. Les agressions ou harcèlement sur les réseaux sociaux ne sont, eux, pas comptabilisés. 

"Ce n'est que la partie visible de l'iceberg". Ces propos sont ceux de la cheffe du groupe Vooruit à la Chambre, Melissa Depraetere. Sur base des chiffres communiqués par le ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne, et repris par l'agence belga, 282 dossiers judiciaires pour homophobie été traités entre 2017 et 2021 par les parquets du pays. Un chiffre sous-évalué selon la socialiste flamande, car il ne tient pas compte des insultes ou du harcèlement homophobe sur les réseaux sociaux qui n'aboutissent pas en justice.

Comme le précise l'agence belga, ils relèvent du délit de presse, jugé, lui, en Cour d'assises. Or, en raison de la longueur de la procédure (et donc du coût), elle n'est presque jamais saisie. Melissa Depraetere souhaiterait faire correctionnaliser le délit de presse "homophobe", à l'image des propos à caractère raciste ou xénophobe. Une démarche qui exige une modification de la Constitution.  

Partager cet article