14.05.22
21:06

L'Ukraine gagnera la guerre "avant la fin de l'année"

La guerre en Ukraine connaîtra un "tournant" en août et la Russie sera défaite "avant la fin de l'année", a prédit le chef du renseignement militaire ukrainien, assurant que Kiev parviendrait à reconquérir l'ensemble de son territoire.

La victoire ne sera "pas facile", mais "elle arrivera", a déclaré Kyrylo Boudanov dans un entretien à la chaîne britannique Sky News publié vendredi soir, où il apparaît serein et se dit "optimiste" au vu de l'évolution actuelle du conflit.

"Le tournant aura lieu dans la deuxième partie d'août" et "la plupart des opérations militaires seront terminées d'ici la fin de l'année", prédit-il.

Selon M. Boudanov, l'armée russe "subit de lourdes pertes en hommes et en armements", notamment car l'Ukraine connaît "tout" d'elle, y compris ses plans militaires.

La Russie n'a jusqu'à présent pu revendiquer le contrôle complet que d'une ville d'importance, Kherson (sud), et l'offensive militaire que nombre d'experts prédisaient comme fulgurante a été marquée par des déconvenues, notamment logistiques.

Après avoir échoué aux portes de Kiev, l'état-major russe a dû revoir ses objectifs à la baisse en resserrant l'offensive sur l'est et le sud du pays. Des combats très intenses sévissaient en fin de semaine dans la région du Donbass. L'état-major ukrainien lui-même a rapporté que dans la région de Donetsk et de Tavriya, l'armée russe avait utilisé "mortiers, artillerie, lance-grenades et moyens aériens pour infliger un maximum de dégâts à l'armée ukrainienne", visant le personnel, des fortifications et des bâtiments.

Le ministère ukrainien de la Défense évalue les pertes russes à plus de 26.000 hommes, 199 avions et près de 1.200 chars depuis le début de l'invasion le 24 février. Des sources occidentales parlent de 12.000 soldats russes tués. Aucune statistique indépendante n'est toutefois disponible.

M. Boudanov a également affirmé que le président russe Vladimir Poutine était "dans un très mauvais état physique et psychologique", assurant qu'il était "très malade" et qu'il souffrait de "plusieurs maladies en même temps, dont un cancer".

En avril, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, avait qualifié d'"invention et de mensonge" les publications dans des médias étrangers selon lesquelles Vladimir Poutine serait atteint de cancer. Depuis le début de la pandémie, M. Peskov réitère régulièrement que M. Poutine, qui s'est fait vacciner contre le coronavirus en mars 2021 et a reçu une troisième dose du vaccin en septembre de la même année, a "une excellente santé". 

Partager cet article

En lien avec l'article