12.05.22
15:32

"La taxation des allocations familiales, c'est juste complètement dingue"

Le ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne souhaite interdire la publicité pour les jeux d’argent, afin d’empêcher le phénomène d’addiction. Mais le MR s'y oppose, comme l'explique le ministre des Classes moyennes et des indépendants David Clarinval ce jeudi. "Il faut rappeler que nous sommes sept partis dans un gouvernement et qu'un ministre ne peut pas décider seul, sans avoir l'accord des six autres", explique-t-il au au micro de Maxime Binet  "On a donc rappelé cette semaine au ministre Van Quickenborne que sur ce point là, l'avis du MR était différent des autres et que donc, il ne pouvait pas avancer sans avoir l'accord de tout le monde sur l'interdiction de cette publicité. C'est regrettable et c'est pour cela que dès demain, ce sera stoppé. Nous avons mis le point sur la table du kern, nous rediscuterons du texte et bien sûr, nous le modifierons de telle sorte à ce que l'interdiction soit supprimée."


"Nous ne sommes pas pour l'interdiction. Il faut encadrer, parce qu'il y a des personnes qui sont addicts au jeu. Il faut bien sûr prendre des mesures pour protéger ces personnes mais ce n'est pas en interdisant complètement que l'on va y arriver. Il y a aussi toute une série de mesures d'investissements qui sont menées par ces entreprises. Il y a des sponsoring qui pour des milliers de personnes qui travaillent dans le secteur. Il ne faut pas jeter le bébé avec l'eau du bain."

 

"Sept partis, ça fait beaucoup de monde"

"Il est clair que le gouvernement doit tenir compte de l'avis de sept partis. Ce n'est pas simple. Sept partis, ça fait beaucoup de monde autour de la table, avec évidemment des positions qui sont différentes entre les socialistes, les écologistes, les libéraux, les centristes... Il y a des avis divergents et nous devons veiller à avoir un large consensus et des discussions approfondies", détaille le ministre. "Et les sept partis doivent évidemment être respectés."

 

 

"La taxation des allocations familiales, c'est juste complètement dingue"

Taxer les loyers, taxer les allocations familiales, taxer les ménages et taxer la consommation : ce sont les pistes des conseillers du ministre des Finances pour faire baisser la fiscalité sur le travail, qui a "clairement dit qu'il n'était pas tenu par ce rapport", selon David Clarinval. "Un rapport qui d'ailleurs n'est pas encore officiel, c'est un espèce de draft qui a fuité. Donc, soyons de bon compte, ça n'a rien à voir avec la position du ministre des Finances."

Quand on lit ce texte, il y a certains éléments qui sont intéressants. Par exemple, la suppression de la tranche de 35%, le fait que l'on prolonge la tranche de 50%... Cela veut dire que l'on va pouvoir, si l'on suit ce rapport - ce qui n'est pas le cas, avoir une meilleure progressivité dans l'impôt et donc les gens qui travaillent pour gagner plus devront payer moins d'impôts rapidement, ce qui est une bonne nouvelle. Par contre, dans ce rapport, il y a un catalogue d'horreurs qui sont en effet inscrites. Augmenter la TVA à 22%, pour nous, ce n'est pas acceptable. Supprimer les chèques repas comme cela sans réfléchir, ça n'est pas non plus acceptable. Vous avez la taxation des allocations familiales, c'est juste complètement dingue. Donc nous ne sommes évidemment pas en faveur de ce rapport. Mais ce n'est pas le point de vue du ministre, donc ce n'est pas encore en discussion. Attendons de voir la version définitive de ce rapport et on verra ce que le ministre des Finances en fera."

Partager cet article