05.05.22
07:37

"Les débats idéologiques, un peu populistes, ce n'est pas la priorité"

Pierre-Yves Jeholet, ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, était l'invité de Martin Buxant.

Ce jeudi, le personnel des écoles manifeste à Liège. Pierre-Yves Jeholet dit être conscient "des situations difficiles" mais il ne veut pas remettre en cause les réformes.

"Ça n'a pas été évident ces deux années. Et en outre, il y a toute une série de réforme systémique au niveau de l'enseignement, notamment le pacte d'excellence. Cette réforme est absolument indispensable parce qu'on est d'accord et tout le monde est d'accord, y compris les syndicats, sur le constat. Les résultats qui sont produits par notre système éducatif sont insatisfaisants en termes d'efficacité ou en terme d'équité. On a, au niveau de la Fédération Wallonie-Bruxelles, un des systèmes les plus inégalitaires au niveau de l'OCDE (...)  Je suis évidemment prêt à discuter avec les organisations syndicales (...) mais je pense qu'il ne faut pas une remise en cause des réformes."

Le circuit de Spa-Francorchamps a inauguré mercredi  sa nouvelle tribune au sommet du Raidillon. Un projet que soutient le ministre-président car c'est un outil de développement économique pour la région.

"Il faut être vigilant par rapport aux normes environnementales, à la qualité de vie des riverains bien évidemment. Mais on ne peut pas stopper toute activité économique. Ça se fera ailleurs, donc j'en ai un peu assez de certains discours, qui finalement, si on écoute, on ne fait plus rien en Wallonie."

Interrogé sur la proposition de taxer "les riches", Pierre-Yves Jeholet pense que "pratiquement", c'est difficile à mettre en place et plaide plutôt pour une réforme fiscale qui valorise le travail. 

Dans le reste de l'interview, Pierre-Yves Jeholet aborde le statut des artistes, la mission d'Etat en Grèce avec le couple royal, la loi de 1996 ou encore les formations en Wallonie.

Retrouvez l'intégralité de l'interview dans la vidéo ci-dessus.

Partager cet article