25.04.22
18:02

Des centaines de Belges n'ont plus accès à leur compte en banque

Depuis une semaine, les comptes de centaines de Belges ont été fermés subitement par la banque en ligne N26.

La néobanque allemande est accusée par de nombreux clients d’avoir fermé leurs comptes en banque sans justification suffisante, empêchant ainsi les utilisateurs d’accéder à leur solde. Ces derniers sont d’ailleurs nombreux à entamer des procédures en justice pour tenter de récupérer leur argent.

"La banque en ligne que vous allez aimer". Le slogan de N26 passe aujourd’hui très mal auprès de plusieurs centaines de personnes en Belgique.

Des montants, allant de quelques centaines à plusieurs milliers d’euros, sont désormais bloqués par N26. Un phénomène qui n’est pas nouveau puisque l’affaire a éclaté en France il y a plusieurs mois, et semble aujourd’hui faire tâche d’huile en Belgique. Une page Facebook regroupe aujourd’hui plus de 2.400 membres.


Une réaction par communiqué

Avec une banque dématérialisée, pas toujours simple pour les utilisateurs de trouver un contact auprès de l’entreprise bancaire, afin de savoir pourquoi les fonds sont bloqués et ne peuvent pas être restitués.

Contactés par nos soins, N26 répond, par voie de communiqué.

"Nous déployons constamment les technologies les plus récentes (…) pour détecter et prévenir la fraude à mesure que la criminalité en ligne évolue."

"Il nous est parfois nécessaire de bloquer ou de fermer des comptes lorsque nous détectons des comportements ou des activités inhabituels, ou en cas de violation de nos conditions générales."

"L'une des mesures que nous avons appliquées jeudi dernier, le 14 avril, a entraîné la fermeture à tort d'un petit nombre de comptes."

"Nous nous excusons sincèrement auprès des clients qui ont été touchés."

Mais face à cette situation, de nombreux clients ont donc décidé de lancer des procédures d’urgence, afin de récupérer leur argent.

En septembre dernier, N26 a été condamné par le régulateur bancaire allemand, pour des failles dans son dispositif de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, pour un montant total de quatre millions d’euros. 

Partager cet article