05.04.22
07:55

"C'est une justice de classe, ça va empêcher de mener des actions et pas seulement syndicales"

Thierry Bodson, président de la FGTB, était l'invité de Romuald La Morté.

La Cour de cassation a rejeté le pourvoi introduit par Thierry Bodson avec les 17 militants responsables de la FGTB qui avaient été condamnés par la cour d'appel de Liège, suite à une action de blocage du pont de Cheratte en octobre 2015.

"Ce qui est particulièrement grave dans les jugements dont on fait l'objet, c'est que les jugements disent bien que nous n'étions pas sur l'autoroute au moment du blocage. L'autoroute acte bien que nous sommes arrivés 2h après le blocage de l'autoroute, mais malgré tout nous condamne sur base de ce qu'on appelle l'article 406 alinéa 1 du code pénal, à savoir entrave méchante à la circulation. Et ça, c'est tout à fait nouveau, parce que auparavant, pour être éventuellement condamné, il fallait être l'organisateur du blocage. Et ici, le jugement dit : nous savons qu'ils ne sont pas les organisateurs, on en prend acte, mais on les condamne quand même pour entrave méchante. (....)  C'est vraiment une justice de classe parce que ça va empêcher demain de pouvoir en effet mener des actions et pas simplement des actions syndicales.", explique le président de la FGTB

Un front commun syndical regroupant la FGTB, la CSC et la CGSLB réclame une révision de la loi de 1996 qui encadre l’évolution des salaires en Belgique. Les syndicats seront entendus au parlement fédéral en mai ou en juin à ce sujet et des actions syndicales sont prévues le 22 avril.

"Il y a une véritable injustice sociale. La loi de 96, elle, comporte deux gros problèmes. Le premier, c'est que le rapport du Conseil central de l'économie qui va sortir et nous donner une marge pour les salaires à négocier pour 2023-2024, la marge sera de 0%. Donc il va falloir expliquer aux travailleurs que dans une économie qui reprenait très fort en 2021, on va voir maintenant avec ce qui se passe en Ukraine, eh bien pour eux ce sera à nouveau zéro, comme c'était déjà le cas pour les années 2021 et 2020. Il n'y aura pas de marge de négociation. Et le deuxième élément qui est tout à fait provocateur par rapport aux travailleurs, c'est que cette loi s'applique à tous les secteurs de l'activité économique. Et c'est vrai qu'il y a des entreprises et des secteurs qui ont très bien performé en 2021, d'autres moins. Mais le zéro, ce sera pour tout le monde."

Dans le reste de l'interview, Thierry Bodson aborde la réforme fiscale, les 30 millions d'euros débloqués par le fédéral pour alléger les frais de carburant des travailleurs, le prix de l'énergie ou encore la réforme des pensions.

Retrouvez l'intégralité de l'interview dans la vidéo ci-dessus.

 

Partager cet article

En lien avec l'article