31.03.22
06:12

Le pape attendu samedi à Malte, l'accueil des migrants au cœur de son message

Le pape François s'envolera samedi pour un voyage de deux jours dans le très catholique archipel de Malte, nouvelle marque de son attention aux migrations et à la Méditerranée alors que des millions d'Ukrainiens affluent en Europe.

Après Jean-Paul II en 1990 et 2001 et Benoît XVI en 2010, François est le troisième pape à visiter l'île, où le catholicisme, religion d'Etat, est pratiqué par environ 85% des habitants et où l'avortement est toujours considéré comme un crime.

Mercredi, évoquant son voyage à la fin de l'audience générale, le jésuite argentin de 85 ans s'est présenté comme un "pèlerin" prêt à fouler cette "terre lumineuse" et "engagée dans l'accueil de tant de frères et sœurs en quête de refuge".

"Malte est symbolique à plusieurs titres, (sa localisation) au barycentre de la Méditerranée, théâtre de la tragédie migratoire et pour l'île elle-même: une histoire de naufrages, de Saint Paul, de migrations, avec une symbolique religieuse très forte", explique à l'AFP Bernard Valero, ancien diplomate et expert du monde méditerranéen.

Situé entre la Sicile et la Tunisie, le plus petit État de l'Union européenne est une porte d'entrée en Europe des migrants sur la route de la Méditerranée, une thématique centrale du pontificat de François.

Jorge Mario Bergoglio devrait y renouveler ses appels engagés à l'accueil des exilés et demandeurs d'asile, à l'image de son dernier voyage à Chypre et en Grèce début décembre.

Le long des routes de l'île, le visage souriant du Saint Père a remplacé les affiches électorales installées pour l'élection de la semaine dernière, qui a vu le gouvernement travailliste remporter un troisième mandat.

L'ancienne colonie britannique, indépendante depuis 1964, fait aussi face à des accusations de laxisme et de corruption, ravivées par l'assassinat de la journaliste Daphne Caruana Galizia en 2017, qui a choqué le pays et le monde.

Déplacement en catamaran 

Au-delà de Malte, cette visite témoigne à nouveau de l'intérêt du pape pour le monde méditerranéen, où il s'est rendu à plusieurs reprises. "Il a parfaitement compris les multiples problèmes qui s'accumulent sur ce petit espace", pris "entre les fracturations géopolitiques, le réchauffement climatique, le drame migratoire, les questions de développement économique", résume M. Valero.

Samedi, le chef des 1,3 milliard de catholiques prononcera un premier discours - sur cinq prises de parole au total - devant les autorités et le corps diplomatique dans la capitale La Valette, avant de rejoindre en catamaran Gozo (nord), l'une des trois îles habitées, où il présidera une prière au sanctuaire national de Ta'Pinu.

Le lendemain, François visitera la grotte de saint Paul - patron de l'île qui y fit naufrage en l'an 60, selon la tradition chrétienne - et célèbrera la messe et l'Angelus à Floriana, près de La Valette, où quelque 10.000 fidèles sont attendus.

Avant de rentrer à Rome, le souverain pontife rencontrera des migrants dans un centre d'accueil à Hal Far (sud). Le frère Dionysius Mintoff, responsable du "Laboratoire de paix Jean XXIII" où résident 55 jeunes hommes originaires de plusieurs pays d'Afrique, espère que cette venue contribuera à inciter les autres pays à partager le fardeau de la migration.

"Je suis sûr qu'il fera passer un message universel…", dit-il à l'AFP. Le lieu, qui regroupe une église, un jardin luxuriant, un théâtre extérieur en pierre et une petite mosquée, s'apprête à accueillir des réfugiés ukrainiens.

François, opéré en 2021 du colon et qui a annulé en février des engagements en raison d'une "douleur aiguë au genou", devait initialement se rendre à Malte en 2020, un voyage reporté en raison de la crise sanitaire.

Il s'agit du 36ème voyage à l'étranger du pape depuis son élection en 2013 et du premier de l'année 2022. Il se rendra début juillet en République démocratique du Congo et au Soudan du Sud.

Partager cet article

En lien avec l'article