28.03.22
08:24

"Il faut investir davantage dans la Défense parce qu'on a pas le choix"

Denis Ducarme, député fédéral MR, était l'invité de Martin Buxant
  • La défense et le réinvestissement à venir :

Selon Denis Ducarme, "le gouvernement s'inscrit dans ce que nous avions fait avec la Suédoise (9 milliards d'euros investit dans du matériels). Le problème de ce budget, c'est que le monde a changé et cette trajectoire budgétaire est trop lente. A un moment donné, nous devons veillez à respecter nos engagements et ce que l'OTan nous demande, c'est que 2% du PIB soit alloué à la défense. Pour l'instant, la ministre Dedonder planifie d'allouer 1,54% du PIB d'ici 2030".

Le PS parle du retour au service militaire, mais Denis Ducarme n'est pas convaincu : "C'est plus d'1 milliard en termes de coût, ce qu'on doit investir dans d'autres secteurs de la défense".

"Il faut investir davantage dans la défense parce qu'on n'a pas le choix", et il ajoute que c'est car la situation a changé, que la guerre sévit sur le continent, à 1500 km de la Belgique. "Il faut assurer notre sécurité, car pour l'instant on l'a laissé reposer sur les épaules des autres".

A partir des moments où on est dans l'Otan, ça veut dire qu'on doit apporter notre aide dans le cas où ce pays a besoin de nous. "Nous sommes le dernier pays, avec le Luxembourg, à ne pas assumer notre part de l'effort".

  • La radicalisation

Les Frères Musulmans et l'affaire Ihsane Haouach: "j'avais demandé au comité R d'avoir un rapport sur la dangerosité des Frères Musulmans dans notre pays et oui il faut les considérer comme une menace pour notre démocratie". Le député ajoute qu'il a déposé une motion au gouvernement visant à dissoudre des mouvements dangereux.

Les Frères Musulmans ont une volonté d'islamiser et radicaliser la société. "Il y a une volonté de confusion entre la religion et la politique".

  • L'énergie

"On oublie les indépendants dans les nouvelles mesures. J'appelle le gouvernement à se saisir du dossier pour mettre en place une politique de soutien envers les indépendants". Selon lui le secteur est déjà très fragilisé par la crise covid et il faut continuer à les soutenir.

A propos de la hausse du carburant et de la baisse des accises, le député pense que ce ne sera pas suffisant et qu'il faudra s'y pencher pour apporter une baisse plus importante. "Il y a déjà une première diminution, mais il s'agira à présent de poursuivre et en faire davantage".

  • "On n'est pas dans une dictature bolchévique" au PTB

"Raoul Hedebouw ne respecte pas tout et il faut qu'il comprenne qu'au parlement, ce n'est pas le PTB qui décide. Ils ont un comportement où ils pensent que tout est permis"

Partager cet article