26.03.22
07:08

Des milliers de personnes forcées à fuir après une éruption volcanique

Des milliers de personnes ont reçu l'ordre d'évacuer leurs maisons près d'un volcan philippin samedi après une éruption qui a envoyé des cendres et de la vapeur à des centaines de mètres dans le ciel

Le volcan Taal, qui se trouve dans un lac au sud de Manille, est entré en éruption à 7H22 (23H22 GMT), a indiqué l'Institut philippin de volcanologie et de sismologie dans un communiqué. 

Il a averti que d'autres éruptions étaient possibles, ce qui pourrait déclencher des flux volcaniques dangereux et rapides de gaz, de cendres et de débris, ainsi qu'un tsunami. 

L'agence sismologique a "fortement" recommandé l'évacuation des résidents vivant dans les communautés vulnérables autour du lac, et a relevé le niveau d'alerte de deux à trois. 

L'éruption initiale a été suivie d'une "activité phréatomagmatique presque continue" qui a envoyé des panaches s'étendant sur 1.500 mètres dans les airs. 

Une éruption phréatomagmatique se produit lorsque de la roche en fusion entre en contact avec de l'eau souterraine ou de surface, a déclaré Princess Cosalan, un scientifique de l'agence, comparant cela à verser "de l'eau sur une poêle chaude". 

Mme Cosalan a déclaré à l'AFP que les émissions de cendres et de vapeur s'étaient calmées dans les heures qui ont suivi l'explosion initiale, mais a ajouté que les capteurs de l'institut sur place continuaient de détecter des secousses volcaniques et qu'une autre éruption était "possible".

"Il y a une intrusion magmatique au niveau du cratère principal qui pourrait favoriser des éruptions successives", a prévenu l'agence.

Les habitants de cinq villages ont reçu l'ordre de quitter leurs maisons, a déclaré à l'AFP le porte-parole régional de la défense civile, Kelvin John Reyes. 

Plus de 12.000 personnes vivent dans ces villages, selon les dernières données officielles disponibles.

La police a été déployée pour empêcher les gens de pénétrer dans les zones à haut risque.

Le Taal est l'un des volcans les plus actifs du pays, situé sur la "ceinture de feu" du Pacifique, une zone d'intense activité sismique.

L'accès à l'île volcanique, qui abritait autrefois plusieurs milliers de personnes, est interdit depuis janvier 2020, quand une éruption a projeté des cendres à 15 kilomètres et a craché de la lave rougeoyante sur des dizaines de maisons, tuant du bétail et déplaçant des dizaines de milliers de personnes.

Partager cet article

Partager cet article

En lien avec l'article