23.03.22
08:21

"J'appelle les Verts à respecter l'intérêt de la Belgique"

Invité de Martin Buxant ce 23 mars 2022, Georges-Louis Bouchez est revenu sur le drame de ce week-end qui a emporté la vie de six personnes à Strépy-Bracquenies. A ce stade, on sait que le conducteur du véhicule, Paolo F., a été inculpé d'homicide et de coups et blessures involontaires. 

"Je dois vous avouer qu'en tant que citoyen, moi, il y a des choses dans le récit que les deux inculpés nous donnent qui me paraissent assez invraisemblables, assez invraisemblables. Parce que même si vous arrivez à une vitesse extrêmement élevée, ce sont quand même des véhicules qui savent freiner dans une certaine distance. On nous dit que la personne continue à traverser la rue, soit disant au nom de la panique. Il y a beaucoup de choses que je ne m'explique pas et je trouve très peu cohérente dans le récit.", a déclaré le président du Mouvement Réformateur.

Sur le volet de l'accord énergie et la prolongation du nucléaire en Belgique, Georges-Louis Bouchez, en réaction aux propos de Jean-Marc Nollet, co-président d'Ecolo (qui l'accusait de vouloir prolonger les sept réacteurs nucléaires belges), clarifie ses positions face au nucléaire. 

"Ce que je dis aujourd'hui au gouvernement, c'est ne démanteler pas trop vite les centrales. Pourquoi ? Parce que le vrai risque aujourd'hui, il n'est pas sur les centrales nucléaires, il est sur les nouvelles centrales au gaz. Il n'y a aucune garantie que ces centrales seront prêtes à temps. Donc nous, notre proposition, c'est de dire "on ne démantèle pas les centrales qu'on va mettre à l'arrêt d'ici 2025 en vue de potentiellement les relancer"."

Selon lui, la reprise en main du dossier par le Premier ministre témoigne des difficultés de la ministre de l'Energie et d'Ecolo, à trouver des solutions viables pour arriver à un mix énergétique

"Aujourd'hui, les Verts font le jeu d'Engie, c'est-à-dire qu'ils comptent y rendre le système tellement difficile qu'ils permettent à Engie de mettre le prix qu'ils veulent sur leur prolongation. Et donc, moi, j'appelle les verts à respecter l'intérêt de la Belgique et à arrêter de mettre en évidence toutes les difficultés, mais plutôt à trouver des solutions. (...) Il faut arrêter de faire croire qu'Engie peut faire la loi dans notre pays. Ou alors c'est une démission terrible des politiques."

Partager cet article

En lien avec l'article