17.03.22
16:38

Facture énergétique: "On ne va pas abroger les mesures en septembre si les prix sont toujours élevés"

Alexander De Croo a répondu ce jeudi aux questions des députés de la Chambre des Représentants.

En ce qui concerne les mesures adoptées pour faire face à la flambée des prix de l'énergie, le Premier ministre a souligné que les décisions prises chez nous ne sont pas moins impactantes que celles prises chez nos voisins.

"La réduction aux stations service en France, c'est le week-end, et aux Pays-Bas, c'est 0,15€. Chez nous c'est 0,17€. Ne venez donc pas nous raconter que ce gouvernement ne prend aucune mesure qui soit comparable à celle d'autres pays.",

a déclaré M. De Croo en réponse aux députés, en expliquant que ces mesures ne vont pas solutionner le problème de manière structurelle.

"A partir de septembre, nous ferons une évaluation des mesures qui ont été prises. Et si on est toujours confrontés à des prix qui sont extrêmement élevés, on ne va pas décider d'abroger les mesures et d'augmenter les prix à un moment où ce serait extrêmement difficile. On espère peut-être qu'à ce moment là, cette guerre cruelle en Ukraine sera finie",

a ajouté le libéral flamand.

Des mesures pour faire diminuer les prix de l'énergie seront sur la table de réunions européennes la semaine prochaine.

En parallèle de tout cela, est évoqué un grand plan de transition énergétique d'une valeur de 8 milliards d'euros. En vrac, sont mentionnés: une réduction de la TVA pour l’achat de panneaux solaires/pompes à chaleur/chaudières solaires, réduction des tarifs dans les transports en commun, équipement en panneaux solaires de tous les bâtiments publics fédéraux d’ici fin décembre 2023, doubler la part du train en fret (2030) et en passagers (2040), un nouveau budget mobilité, la suppression progressive du chauffage central au gaz et mazout d’ici le 1er janvier 2026... en fonction de la "faisabilité et des coûts"

 

Partager cet article