16.03.22
08:20

"Le gouvernement a peur de prendre des mesures contre les puissants"

Raoul Hedebouw, Président du PTB, était l'invité de Romuald La Morté

Afin d'entrer dans le vif du sujet, Raoul Hedebouw partage sa note de l'accord sur l'énergie décidé en Kern : " Je le noterais 2/10. C'est vraiment insuffisant et ce n'est pas à la hauteur des besoins des gens". Il dénonce que ces réductions arrivent en d'été, lorsqu'on consomme le moins.

Pour le carburant, il explique qu'il aurait fallu réduire les accises à 0. "On aurait pu mettre les directives européennes de côté, donc je pense que les 60 cents d'accises, on aurait pu les enlever".

Il défend le blocage des prix des carburants à 1,4 euros. "La taxation indirecte c'est le plus injuste. L'état se fait de l'argent dessus, et les profiteurs de guerre, comme les multinationales énergétiques, ont des bénéfices en milliards. Engie Electrabel va recevoir environ 2,6 milliards de surprofit".

L'accord de la TVA réduite sur l'électricité et le gaz va durer jusqu'en septembre 2022. Selon le président du PTB, il faudrait une réduction permanente de la TVA à 6%.

"il faut faire payer le secteur énergétique, ils n'ont jamais fait d'aussi grands bénéfices. J'entends la colère des organisations syndicales, et je ne comprends pas comment les ministres peuvent nous vendre cette mesure comme une victoire. L'accord va durer jusque fin septembre, et c'est la le problème car la TVA aurait du être réduite de manière structurelle".

"On est en train de faire culpabiliser les gens. On doit intervenir contre les lois du marché et plafonner les prix du gaz au niveau européen"

Raoul Hedebouw explique qu'il y a six multinationales qui contrôlent le secteur énergétique électrique européen et que les petits fournisseurs tendent à faire faillite. "Engie Electrabel va engranger 2,6 milliards d'euros de bénéfice pour les trois prochaines années".

Selon le ministre, la ministre fédérale de l'énergie Tinne Van der Straeten ne prend pas ses responsabilités. "On arrête pas de demander au gouvernement de faire face à ses super profits. Mais il a peur de prendre des mesures contre les puissants". 

A propos du chèque mazout, le président du PTB félicite l'aspect rétroactif de la prime. "Je pense que 200 euros, ce n'est pas suffisant.  La TVA sur le mazout aurait du être revue aussi".

Sur la sortie du nucléaire, il est méfiant: "C'est compliqué car on dépend d'Engie Electrabel pour l'électricité et le gaz. Que va demander Engie pour prolonger ? Les autorités publiques se mettent à genoux devant eux car Engie a plus de pouvoir que tous nos ministres réunis".

Réfugiés Ukrainiens

Sur l'accueil des réfugiés ukrainiens en Belgique : "ce n'est pas simple mais il y a deux poids deux mesures, d'un côté il y a les réfugiés ukrainiens et puis il y a les autres. Ceux qui n'ont pas la nationalité ukrainienne, je m'en inquiète car on les considère comme les mauvais réfugiés".

Selon lui, Poutine est un dictateur, un autocrate, que le PTB a directement condamné. "On dit que l'Otan ne fait pas partie de la solution, livrer des armes n'est pas la solution, on se met en danger. il n'y a jamais eu autant de danger de guerre nucléaire qu'aujourd'hui", explique-t-il.

Partager cet article