10.03.22
16:41

Le fédéral promet "des dizaines de milliers" de places d'accueil pour les ukrainiens

Le gouvernement fédéral a promis jeudi de créer d'ici à la fin mars "des dizaines de milliers de places" d'hébergement pour les réfugiés ukrainiens alors que le rythme des arrivées dans l'UE s'accélère.

Le réseau d'accueil public des demandeurs d'asile (environ 30.000 places) est saturé, et misait initialement sur la solidarité citoyenne pour faire face à ce nouvel afflux d'exilés.

La semaine dernière, le secrétaire d’État à l'Asile et la migration Sammy Mahdi avait mis à contribution les communes, chargées de centraliser les offres de places d'hôtel et d'hébergement chez les particuliers.

Changement de stratégie jeudi: l'accueil des Ukrainiens va être piloté par le centre national de crise chargé des situations d'urgence, a annoncé le Premier ministre Alexander De Croo.

La Flandre, la Wallonie et Bruxelles) vont être sollicitées pour créer des logements collectifs de grande capacité alors que la Belgique a déjà enregistré "plus de 3.000" exilés ukrainiens depuis vendredi dernier, selon les autorités.

"On va être confrontés à une situation qu'on n'a jamais connue dans notre pays ces dernières décennies", a affirmé De Croo devant les députés. 

Pour le logement, "nous avons déjà convenu avec les régions que d'ici la fin du mois des dizaines de milliers de places seront créées", a assuré de son côté Sammy Mahdi lors de la séance plénière à la Chambre.

"C'est le volontarisme dont nous avons besoin pour sortir de cette crise", a ajouté le secrétaire d’État.

Le Premier ministre a évoqué "un effort de longue haleine et "des défis" pour tous les niveaux institutionnels du pays: régions (compétentes pour le logement), communautés linguistiques (pour l'enseignement scolaire) et fédéral (financement de l'action sociale).

Comme dans toute l'UE, les exilés ukrainiens peuvent bénéficier en Belgique d'un droit automatique au séjour d'un an renouvelable, au titre de la directive "Protection temporaire", appliquée pour la première fois dans l'histoire de l'Union. Cette mesure décidée le 3 mars offre notamment un accès immédiat au marché du travail.

Pour l'enregistrement des arrivées, les services de l'immigration prévoient d'ouvrir lundi prochain une deuxième antenne dédiée aux Ukrainiens à Bruxelles. Le premier lieu choisi, une ancienne clinique, où ont afflué beaucoup de femmes et d'enfants, a été débordé cette semaine.

"Mais Bruxelles seule ne suffira pas, il va falloir décentraliser et prévoir des enregistrements dans différentes villes" belges, a prévenu Sammy Mahdi.

Depuis l'invasion russe de l'Ukraine lancée le 24 février, plus de 2,3 millions de personnes ont fui ce pays et le rythme des départs s'est légèrement accéléré depuis mercredi, selon l'ONU.

Jeudi, la France a dit anticiper l'arrivée possible sur son sol dans les prochaines semaines de "50.000, peut-être 100.000" réfugiés d'Ukraine.

Partager cet article