09.03.22
09:27

"On est dans le top 5 des pays qui, proportionnellement, accueillent le plus de demandeurs d'asile"

Sammy Mahdi, secrétaire d'État à l'Asile et à la Migration, était l'invité de Martin Buxant.

Le secrétaire d'État à l'Asile et à la Migration revient de la frontière entre l'Ukraine et la Pologne où il a pu observer l'important flux migratoire. 

"C'est assez intense de voir des enfants de quatre, cinq, six ans qui viennent de faire en moyenne quatorze km à pied dans un froid glacial. (...) c'était énorme, plein de femmes, plein d'enfants. Le poste de contrôle, où on était, sur 24h, 33 000 personnes sont passées par là. On est en train de constater quelque chose que l'on n'a jamais vu auparavant."

La plupart des réfugiés veulent rester près de la frontière dans l'espoir de pouvoir rentrer vite chez eux, comme l'explique Sammy Mahdi.

"Pour vous dire, la plupart d'entre eux se trouvent même encore à Lviv, en Ukraine, parce qu'ils ne veulent pas quitter leur pays. Ils espèrent encore pouvoir retourner chez eux, dans leur ville natale, et donc ils restent le plus proche possible de leur ville. Même ceux qui quittent leur pays restent très souvent à la frontière ou en tout cas, restent majoritairement dans les pays voisins. Par exemple, en Pologne, il y a environ 1,3 million de réfugiés en ce moment, ce sont des chiffres énormes."

En Belgique, le nombre de réfugiés ukrainiens augmente de jour en jour. 700 réfugiés se sont enregistrés ce lundi, 800 le jour suivant. Le secrétaire d'État à l'Asile et à la Migration tient à faire passer un message : "les Ukrainiens qui ont déjà un accueil, qui dorment chez de la famille, chez des amis et qui savent où aller. Il ne faut pas aller à l'Institut Jules Bordet en ce moment pour directement se faire enregistrer. Ce n'est pas nécessaire."

Le secrétaire d'État plaide également pour la mise en place de logements de crise collectifs.

"Le logement, c'est une compétence des régions et je m'inquiète par rapport à cela. Je pense qu'on doit aller beaucoup plus vite, beaucoup plus fort. Il faut créer de grandes capacités de lits, de logements, de logements de crise. Il faut de grandes capacités dans toutes les provinces. (...) C'est vraiment, le message le plus important et j'irai au kern tout à l'heure pour en discuter."

Retrouvez l'intégralité de l'interview dans la vidéo ci-dessus.

Partager cet article