04.03.22
14:22

"Irresponsable", "dangereux": réactions internationales à l'attaque russe sur la centrale nucléaire de Zaporojie

"Irresponsable", "incroyablement dangereux", "de la folie"...: le bombardement dans la nuit par des chars russes de la centrale ukrainienne de Zaporojie, la plus grande d'Europe, puis sa prise de contrôle par l'armée russe, a suscité des réactions indignées et inquiètes à travers le monde.

AIEA

L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a appelé "à cesser l'usage de la force sur la centrale nucléaire de Zaporojie, mettant en garde contre un "grave" danger si un réacteur est touché.

"C'est une situation sans précédent" et "la situation continue d'être extrêmement tendue et difficile" sur place, a souligné le directeur de l'AIEA, même si "les systèmes de sécurité des réacteurs n'ont pas été affectés" et si les outils pour surveiller les niveaux de radiation sont également "pleinement opérationnels".

 

Otan

Le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg a condamné vendredi les bombardements "irresponsables" des forces russes qui ont touché la centrale de Zaporojie.

"L'attaque contre une centrale nucléaire démontre le caractère irresponsable de cette guerre et la nécessité d'y mettre fin", a-t-il poursuivi.

 

Ukraine

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a accusé vendredi Moscou de recourir à "la terreur nucléaire" et a appelé à "une action européenne immédiate" pour "empêcher que l'Europe ne meure d'un désastre nucléaire".

"Aucun autre pays hormis la Russie n'a jamais tiré sur des centrales nucléaires. C'est la première fois dans notre histoire, la première fois dans l'histoire de l'humanité", a-t-il affirmé dans une vidéo publiée par la présidence ukrainienne.

 

Royaume-Uni

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a dénoncé les "actions irresponsables" du président russe Vladimir Poutine, susceptibles de "menacer directement la sécurité de toute l'Europe" et a demandé une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU "dans les prochaines heures".

Son ministre de la Défense, Ben Wallace, a de son côté appelé M. Poutine "à cesser absolument d'attaquer de tels sites", l'accusant de "jouer avec le feu (...) hors de toute logique ou nécessité".

"C'est incroyablement dangereux. Ce n'est pas simplement dangereux pour l'Ukraine et les Russes, c'est dangereux pour l'Europe", a-t-il ajouté.

 

Italie

Le chef du gouvernement italien Mario Draghi a condamné "l'attaque scélérate de la Russie contre la centrale nucléaire de Zaporojie, une attaque contre la sécurité de tous".

"L'Union européenne doit continuer à réagir avec unité et avec la plus grande fermeté, ensemble avec ses alliés, pour soutenir l'Ukraine et protéger les citoyens européens", a-t-il affirmé.

 

Norvège

"C'est de l'ordre de la folie d'attaquer de cette sorte", a réagi le Premier ministre norvégien Jonas Gahr Støre qui a fait part de sa "condamnation forte".

La cheffe de la diplomatie Anniken Huitfeldt, a de son côté souligné qu'il "est profondément irresponsable que des combats aient lieu à proximité d'une telle installation". "C'est un comportement totalement irresponsable de la part de la Russie auquel nous assistons ici".

 

Greenpeace

L'ONG de défense de l'environnement se dit "profondément inquiète", accusant "le président russe Vladimir Poutine de prendre "désormais le risque d'une catastrophe nucléaire", après avoir "lancé une guerre illégale contre le peuple d'Ukraine".

Elle demande un cessez-le-feu sur le site de la centrale, estimant que "cela doit être la dernière fois que l'on voit l'armée russe venir à proximité des centrales nucléaires d'Ukraine".

 

AFP

Partager cet article

Partager cet article