03.03.22
10:48

Espagne: nouvelle entrée massive de migrants dans l'enclave de Melilla

Au total, environ 1.200 migrants ont commencé, vers 7H25 à franchir la clôture, lançant des pierres et utilisant des crochets et des bâtons contre les forces de sécurité espagnoles, après avoir débordé les forces de sécurité marocaines

Pour le deuxième jour consécutif, plusieurs centaines de migrants ont réussi jeudi à pénétrer dans la petite enclave espagnole de Melilla, sur la côte nord du Maroc, qui constitue avec celle de Ceuta la seule frontière terrestre de l'UE avec l'Afrique.

"Nous estimons qu'environ 350 d'entre eux sont entrés", a-t-elle ajouté.

"Le dispositif anti-intrusion" déployé par les forces de l'ordre espagnoles "a empêché que la totalité du groupe accède à notre ville", a encore dit la préfecture, selon laquelle quatre agents de la Garde civile ont été blessés.

Cette nouvelle tentative de franchissement intervient au lendemain de la plus massive jamais enregistrée dans cette enclave, selon les autorités locales.

Un groupe de 2.500 migrants originaires de pays d'Afrique subsaharienne avait tenté mercredi de franchir la clôture, 491 y parvenant, selon les autorités locales.

En deux jours, plus de 800 migrants ont donc réussi à entrer à Melilla, contre 1.092 sur l'ensemble de l'année 2021, selon les chiffres du ministère espagnol de l'Intérieur.

 

Frontière terrestre de l'UE 

Melilla et l'autre enclave espagnole de Ceuta, située à près de 400 kilomètres plus à l'ouest, constituent les seules frontières terrestres de l'Union européenne sur le continent africain.

Pour cette raison, elles font régulièrement l'objet de tentatives d'entrée de la part de migrants clandestins cherchant à rejoindre l'Europe pour fuir la guerre ou la pauvreté après avoir traversé une partie de l'Afrique jusqu'au Maroc.

A Melilla, la frontière entre le Maroc et l'Espagne est matérialisée par une triple clôture grillagée d'une longueur d'environ 12 km. Comme celle de Ceuta, elle est équipée de caméras de vidéosurveillance et de miradors.

Ces entrées massives de migrants dans l'enclave interviennent moins d'un an après celle, mi-mai 2021, à Ceuta de plus de 10.000 migrants, en grande majorité des Marocains.

A la faveur d'un relâchement des contrôles frontaliers côté marocain, ils étaient alors entrés à la nage par la mer ou au niveau de la digue marquant la frontière dans la Méditerranée.

Cette arrivée exceptionnelle avait eu lieu dans un contexte de crise diplomatique majeure entre Madrid et Rabat, provoquée par l'accueil en Espagne, pour y être soigné du Covid, du chef des indépendantistes sahraouis du Front Polisario, Brahim Ghali, ennemi juré des autorités marocaines. 

Si les tensions se sont depuis apaisées entre les deux pays, elles n'ont toutefois pas pris totalement fin.

En décembre, le choix délibéré du Maroc de rapatrier une partie de ses ressortissants bloqués en Europe à cause du Covid-19 via le Portugal plutôt que par l'Espagne avait déclenché une nouvelle passe d'armes diplomatique.

Rappelée pour consultations lors de la crise de Ceuta, l'ambassadrice du Maroc en Espagne n'est d'ailleurs toujours pas revenue à Madrid.

L'Espagne exerce sa souveraineté sur Ceuta depuis 1580 et sur Melilla depuis 1496. Le Maroc les considère comme partie intégrante de son territoire. Située à 150 km de l'Algérie, Melilla (12,5 km2) compte une population de près de 87.000 habitants.

Partager cet article