23.02.22
15:50

Pierre-Yves Jeholet veut la suppression du CST, et la fin du masque obligatoire pour les élèves et les enseignants

Le prochain Comité de concertation aura lieu le 4 mars, avec pour objectif, le passage au jaune du baromètre corona. Pierre-Yves Jeholet, ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles (MR), le confirme ce mercredi au micro de Romuald La Morté, plaidant pour la suppression du Covid Safe Ticket (CST) de l'arsenal juridique et la fin du masque obligatoire pour les élèves du secondaire mais aussi des enseignants.

 

Lire l'article: Code jaune, CST et port du masque: le menu du prochain Comité de concertation

 

"C'est clair qu'au moment où on convoque un comité de concertation le 4 mars, c'est pour décider ou pas la phase jaune. Toutes les compétences sont dans le baromètre et le code jaune, ça veut dire presque plus de restrictions de liberté dans tous les secteurs, le port du masque qui est conseillé mais qui n'est plus obligatoire et plus de CST. Se posera alors la question: est-ce qu'on maintient le CST dans l'arsenal juridique. Je suis plutôt partisan de le supprimer. D'abord, en phase jaune, ça veut dire qu'on n'a plus besoin de CST, dans tous les secteurs, de la jeunesse, de la culture, du sport etc. Et puis je pense qu'il ne faut pas banaliser les outils qu'on a mis à disposition et notamment le CST. C'était vraiment parce que la situation était dramatique, ça permettait de maintenir ouvert toute une série de secteurs, de retrouver certaines libertés et ça a aussi boosté la vaccination.

Mais je n'ai pas envie qu'on maintienne des outils qui restreignent les libertés, sous prétexte qu'on pourrait demain encore avoir une crise ou une autre épidémie. Je pense qu'il faudra s'adapter. Si on a encore des virus qui ressemblent plus à une grippe qu'au corona, on ne va pas non plus demander le CST s'il y a une épidémie un peu plus forte que les années précédentes. Il faut avoir des solutions qui soient proportionnées par rapport à la situation. La situation sanitaire a été catastrophique les deux années qui viennent, mais aujourd'hui, je pense qu'on ne doit plus banaliser. Je suis pour la suppression du CST dans l'arsenal juridique. A un moment donné, on ne doit pas restreindre les libertés et banaliser cela."

 

"Pour la phase jaune, il y aura aussi des discussions sur tout ce qui n'est pas dans le baromètre. L'enseignement, par exemple. Je plaiderai pour la rentrée après le carnaval, c'est à dire le lundi 7 mars, pour la suppression du port du masque pour les élèves du secondaire, puisque nous avons déjà supprimé pour les primaires. En terme d'apprentissages, de santé psychologique, de santé sociale, les enfants ont besoin d'être libérés du masque. Et je plaiderai aussi pour que les enseignants ne doivent plus porter le masque à l'école."

A l'école ou partout? "C'est un débat qui aura probablement lieu aussi puisque le port du masque à partir de douze ans est dans l'arrêté ministériel. C'est encore différent d'aller dans un magasin avec beaucoup de personnes et porter le masque de façon occasionnelle, de façon très limitée, que tout  le temps à l'école. Parce qu'à l'école, c'est cinq jours la semaine, pendant 8 heures par jour. Donc on peut supprimer le masque pour les adolescents partout, c'est ce que je souhaite et ce pourquoi je plaide, mais en tout cas, et d'abord, à l'école."

 

Partager cet article