17.02.22
07:12

"Il faut que le Forem, Actiris, et le VDAB fassent leur boulot, à l'époque de l'ONEM il y avait plus de sanctions"

Pieter Timmermans, administrateur délégué de la FEB, était l'invité de Martin Buxant dans La Matinale.

Suite à l'accord sur la réforme du marché du travail, plusieurs mesures comme l'équilibre vie privée-vie professionnelle, la semaine de 4 jours, la flexibilité, l'e-commerce, ou encore l'économie de plateforme ont été adoptées. 

L'occasion pour l'administrateur délégué de la FEB de clarifier certains points. A propos de la semaine de 4 jours, il précise, "je ne crois pas qu'on atteindra les 80% de taux emploi avec ses mesures mais il y a des avancées sur le fonctionnement du marché du travail. 4 jours semaine ? C'est une bonne chose mais ce n'est pas applicable partout, évitons de dire que ce sera partout"

Sur la flexibilité, "c'est plutôt positif" dans certains cas, mais plus difficile dans d'autres". "Je suis mitigé sur la mesure des préavis, nous ne sommes pas convaincus. La procédure est complexe, ce n'est pas une top mesure pour les employeurs"

En revanche, il trouve que l'utilisation du préavis pour la formation est "une bonne chose".

Concernant le e-commerce, c'est une vraie avancée selon lui. Il précise cependant que sa crainte "est que certaines mesures sont trop compliquées". 

Par rapport aux horaires de nuit, ils offrent une opportunité aux entreprises d'offrir un tremplin vers l'emploi. On avait perdu un demi % de pib à cause des heures de nuit.

Le droit à la déconnexion est aussi une mesure importante de cette réforme. "Si on parle de déconnexion, il faut alors pouvoir parler du droit à la connexion. Cette proposition n'est pas assez réfléchie. Il ne faut pas l'imposer, je suis sceptique sur ce point. Ca va créer d'autres débats comme l'obligation d'être connecté tout le temps".

Les métiers en pénurie. ""Il faut que le Forem, Actiris, et le VDAB  fassent leur boulot, à l'époque de l'ONEM il y avait plus de sanctions".

Pieter Timmermans est aussi revenu sur la formation et la sortie du nucléaire.

Retrouvez l'intégralité de l'interview dans la vidéo ci-dessus.

 

 

Partager cet article