15.02.22
12:22

Une quarantaine d'arrestations lors d'une opération dans 6 pays européens, selon le parquet belge

Une quarantaine de personnes ont été interpellées mardi lors d'une opération de police coordonnée par Europol dans six pays européens, ciblant un trafic international de stupéfiants, a annoncé le parquet fédéral belge

Trente arrestations ont eu lieu en Belgique et "une petite dizaine à l'étranger", selon un communiqué du parquet évoquant un total de 49 perquisitions en Belgique et "environ 60" autres en Allemagne, Italie, Espagne, Pays-Bas et Croatie.

Le réseau ciblé est notamment actif dans le trafic de cocaïne en provenance d'Amérique du Sud.

Il implique des trafiquants d'Europe de l'Est établis dans la région de Bruxelles ainsi que "des ressortissants issus du Sud de l’Europe, appartenant au milieu mafieux limbourgeois", de la province du Limbourg limitrophe des Pays-Bas au nord de la Belgique.

L'enquête en Belgique a démarré fin 2020 : lors d'une perquisition en région bruxelloise, la police belge a découvert "une grande quantité d’acétone, plusieurs kilos de cannabis ainsi que des contrefaçons de vêtements de la police", souligne le communiqué.

Les autorités judiciaires belges ont ensuite appris que ce réseau de trafiquants faisait déjà l'objet d'une enquête en Espagne, ce qui a conduit à un partage des renseignements entre les deux pays dans le cadre d'une équipe commune d'enquête (Joint Investigation Team).

En 2021, ajoute le parquet fédéral, "le dossier a été enrichi par des datas décryptées dans l’application Sky ECC" et "des contacts ont été identifiés dans plusieurs pays d’Amérique du Sud (Brésil, Equateur, Colombie, Pérou, Bolivie et Paraguay)".

Pour le transport de la drogue en Europe, outre les porte-conteneurs transitant par les ports d'Anvers, Rotterdam, Le Havre et Hambourg, "divers moyens étaient utilisés: véhicules avec caches, société de transport, utilisation d’avions cargo ou de jets privés", indique encore le communiqué.

Ce dossier illustre l'"agilité des organisations criminelles" qui "ne sont plus exclusivement familiales ou claniques" mais fonctionnent comme "des joint-ventures (...), sur le modèle de société commerciales classiques", poursuit le parquet fédéral.

Près de 90 tonnes de cocaïne ont été saisies en 2021 dans le port d'Anvers, un nouveau record, selon les autorités. La Belgique est devenue la principale porte d'entrée en Europe pour cette drogue.

Début février, un des plus hauts magistrats du pays, Ignacio de la Serna, a tiré la sonnette d'alarme en avertissant que les moyens de la police judiciaire fédérale ne lui permettaient plus de faire face à la criminalité associée à ce trafic.

Selon lui, le dossier Sky Ecc a déjà conduit à "plus de 600 arrestations en 41 opérations depuis février 2021". "La charge de travail est tellement forte qu’on ne peut pas suivre", a ajouté dans le quotidien Le Soir M. de la Serna, qui préside le Collège des procureurs généraux.

Partager cet article

En lien avec l'article