10.02.22
16:36

"L'interdiction proactive des convois de la liberté à Bruxelles m'inquiète pour notre démocratie"

Alors que dans la foulée de l'interdiction annoncée à Paris, le bourgmestre de la Ville de Bruxelles a annoncé l'interdiction des "convois de la liberté" dans la capitale, le PTB réagit et s'interroge sur cette décision.

"Je suis un peu étonné qu'à l'avance, comme ça, on puisse déjà interdire des actions.",

a déclaré le président du PTB à notre micro.

"Je comprends tout à fait la colère, y compris de ce type d'actions là, sur le fond, on doit entendre une colère. Que ce soit au niveau du CST qu'on devrait effectivement supprimer ou que ce soit au niveau des prix des carburants, parce que j'ai cru comprendre que les revendications n'étaient quand même pas uniquement sur le CST.",

s'est surpris le député fédéral, dans notre émission "Questions au gouvernement".

"On voit que l'exécutif et que les gouvernements de ce pays sont de plus en plus enclins à interdire des actions proactivement. Ca devient dangereux pour les droits démocratiques des gens.",

s'est indigné Raoul Hedebouw à la Chambre ce jeudi.

"Ce n'est pas pour rien que le dernier Index justement des droits démocratiques et de la démocratie en Belgique ne nous classe pas bien, en fait. C'est une démocratie qui a beaucoup de problèmes. Je suis d'accord avec ça. Ce type d'interdiction proactive m'inquiète.

a conclu l'homme de gauche.

 

Les convois interdits à Bruxelles

Afin de faire face au Convoi de la Liberté, qui n’a à ce jour pas fait l’objet d’une autorisation de manifester car aucune demande n’a été envoyée, la ministre de l’intérieur Annelies Verlinden, le ministre-président Rudi Vervoort et le bourgmestre de Bruxelles Philippe Close mettent les moyens fédéraux, régionaux et locaux en place pour empêcher le blocage de la Région de Bruxelles-Capitale. 

"La Police Fédérale va contrôler les véhicules motorisés aux grands axes vers Bruxelles qui viennent pour manifester en Belgique. La Région et la Ville de Bruxelles vont prendre des arrêtés d’interdiction de manifester avec des camions sur leur territoire. En pratique, les zones de police de la capitale avec l’aide de la Police Fédérale dévieront les camions qui viendraient vers la capitale malgré l’interdiction vers le Parking C. 

 

Cette collaboration entre les trois niveaux de pouvoir vise à impacter le moins possible l’ordre public dans la capitale. Sous la coordination de la ministre de l'Intérieur, Annelies Verlinden, les services concernés se réunissent pour aborder l'approche à adopter."

En France, des milliers d'opposants au pass vaccinal ont déjà annoncé sur les réseaux sociaux vouloir "rouler sur Paris" dans le cadre d'une action citoyenne, inspirée d'un mouvement lancé au Canada pour protester contre les restrictions sanitaires.

Si Paris est la première étape dans le plan des convois de la liberté, Bruxelles doit en être la deuxième. Ainsi, les manifestants prévoient de rouler sur la capitale belge dès lundi 14 février. Certaines pages Facebook rassemblent près de 300.000 membres issus de plusieurs pays européens qui clament l'amour de la liberté.

Partager cet article