10.02.22
15:07

De Croo: "Il y a consensus pour passer au code orange"

A la veille du Comité de concertation, "les indicateurs évoluent dans la bonne direction et nous regardons surtout le nombre d'hospitalisations et la pression sur les soins intensifs" a déclaré le Premier ministre Alexander De Croo à la Chambre ce jeudi. "Nous analysons également d'autres paramètres qui indiquent de quelle manière la pandémie évolue. Et on constate que les dimensions principales évoluent dans le bon sens. C'est pourquoi le commissaire corona indique qu'il est recommandé de passer du code rouge au code orange. Il existe un certain consensus politique autour de cet assouplissement."


"Le baromètre nous donne de la prévisibilité, nous indique également quels assouplissements peuvent avoir lieu. Cela veut donc dire que le secteur de la nuit pourra à nouveau ouvrir ses portes et que des assouplissements peuvent bénéficier à l'Horeca. Il est important de faire ce pas là, et on peut le faire sur la base des résultats que nous obtenons. Et ces résultats là, c'est le mérite de nous tous." 

 

Assouplissements "progressifs"

"Le baromètre est clair sur certains domaines. D'autres domaines sont moins spécifiés, comme le port du masque, comme le télétravail", a poursuivi Alexander De Croo. "Il est clair que l'on va faire des pas en avant dans ces domaines là aussi, mais je plaiderai quand même pour une manière aussi progressive que possible." 

 

"Concernant le CST, il y a beaucoup de questions qui ont été posées à cet égard et je comprends que le Parlement ait des questions sur la valeur épidémiologique du CST. Mais vous devez comprendre que nous avons décidé, au sein du Comité de concertation, que c'est au Parlement que le débat doit avoir lieu. J'ai toujours été clair, on ne va pas le garder un jour de trop, mais de toutes façons, ce débat doit avoir lieu ici au Parlement. Un débat qui sera tout à fait utile."

 

"Dernier élément indispensable à l'heure actuelle, nous ne sommes pas encore dans une situation d’endémie et je sais que nombreux sont ceux qui disent au micro c'est quand même moins grave que prévu, que nous sommes en train de sortir de la pandémie... J'espère que c'est vrai. Mais quand on écoute le Centre européen pour la prévention des maladies, ce centre dit qu'il est prématuré de dire que le covid-19 est déjà devenu une endémie. Le nombre de contaminations reste élevé et le risque d'une pression accrue sur les soins de santé est toujours présent. Malgré le fait que nous pourrons mettre en place certains assouplissements demain, qui prendront cours à partir de la fin de la semaine prochaine, il faut garder une certaine prudence."

 

Partager cet article