06.02.22
07:29

En Australie, un policier est jugé pour le meurtre d'un adolescent aborigène

Un agent de police australien est jugé lundi pour le meurtre d'un adolescent autochtone, une affaire qui pourrait aboutir à la première condamnation d'un officier de police pour la mort d'un Aborigène en détention. 

Zachary Rolfe est accusé d'avoir abattu Kumanjayi Walker, 19 ans, dans une ville reculée de l'Outback en 2019, une affaire très médiatisée qui avait entraîné une vague de manifestations dans tout le pays. 

M. Rolfe, 30 ans, a plaidé non coupable. En Australie, un nombre croissant de voix s'élèvent pour alerter sur le nombre élevé d'indigènes morts en garde à vue.

Plus de 500 aborigènes et insulaires du détroit de Torres sont morts en garde à vue depuis 1991, date à laquelle des registres détaillés ont été établis, dont 11 au cours des sept derniers mois.

Malgré plusieurs enquêtes publiques et procès portant sur des affaires similaires, aucun policier australien n'a jamais été condamné pour le meurtre d'un indigène en détention.

"Compte tenu de l'attention accrue portée aux décès en détention en Australie et du mouvement Black Lives Matter, je pense que les gens utilisent (ce procès) comme un test décisif pour savoir si les tribunaux peuvent rendre justice aux familles des Premières nations", a déclaré Thalia Anthony, professeure de droit à l'Université technologique de Sydney. 

Dans une décision surprise rendue en novembre dernier, la Haute Cour australienne a bloqué la tentative de Zachary Rolfe de faire valoir qu'il avait agi de "bonne foi" lors de la fusillade mortelle. 

Selon les experts, cette décision a supprimé une défense juridique essentielle dont disposent les policiers en exercice, et rend plus probable une condamnation. 

Plusieurs autres policiers ont déjà été accusés de meurtre avant d'être acquittés ou de voir les charges abandonnées.

Trois coups de feu 

Zachary Rolfe sera jugé à Darwin, à quelque 1.500 kilomètres au nord de la communauté de Yuendumu, où Kumanjayi Walker est mort le 9 novembre 2019. 

Selon les documents judiciaires, Rolfe et un autre officier sont entrés dans une maison pour arrêter M. Walker pour violation présumée de caution et ont dit au jeune homme de mettre ses mains derrière son dos. 

Au lieu de cela, le jeune homme aurait blessé l'agent à l'épaule avec une paire de ciseaux et une lutte se serait engagée au cours de laquelle M. Rolfe a tiré trois coups de feu sur M. Walker. 

L'adolescent est décédé cette nuit-là au poste de police de Yuendumu et quatre jours plus tard l'officier a été accusé de meurtre.

La mort du jeune homme aborigène a suscité une vague de manifestations dans toute l'Australie pour réclamer "Justice pour Walker". 

Le procès de M. Rolfe a été longtemps retardé par des procédures préliminaires et par la pandémie de Covid-19. 

Lorsqu'il débutera lundi, l'accusation cherchera à faire valoir que l'officier a agi illégalement en tirant trois fois sur M. Walker. 

Même si la défense "de bonne foi" est rejetée, M. Rolfe peut encore invoquer deux autre arguments juridiques majeurs : qu'il a agi raisonnablement ou par légitime défense. 

Selon Thalia Anthony, cette affaire va probablement attirer l'attention sur les clauses du droit australien qui offrent une immunité aux policiers. "Je pense que nous allons vraiment assister à une recrudescence des campagnes contre ces immunités spéciales", a-t-elle déclaré.

Le procès va aussi inévitablement susciter un débat sur le taux élevé d'incarcération parmi les Australiens indigènes - qui seraient les personnes les plus emprisonnées au monde - et sur la question du contrôle de la police.

Partager cet article

En lien avec l'article