31.01.22
15:44

Le rapport sur le Partygate dénonce des "erreurs de leadership" à Downing Street

Il y a eu des "erreurs de leadership" et des leçons doivent être "tirées": un rapport administratif très attendu sur le scandale des fêtes à Downing Street durant le confinement a rappelé sèchement à l'ordre lundi le Premier ministre britannique Boris Johnson.


Le dirigeant conservateur de 57 ans, également visé par une enquête de police pour ces événements, devait s'exprimer dans l'après-midi à la Chambre des communes.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson s'est dit "désolé" lundi, promettant de tirer les leçons après la publication d'un rapport administratif taclant des "erreurs de leadership" dans le scandale des fêtes à Downing Street durant le confinement.

"Je comprends, et je vais y remédier", a déclaré le dirigeant conservateur devant les députés, promettant des changements dans la gestion de Downing Street.

"Je vais m'atteler à la tâche", a-t-il lancé, alors qu'il se trouve dans une position délicate, les appels à la démission s'étant multipliés jusque dans les rangs de la majorité.

 

Un rapport sur plusieurs fêtes

La publication de ce rapport, rédigé par la haute fonctionnaire Sue Gray, sur les pots de départ, garden parties et fêtes de Noël ou d'anniversaire organisés en 2020 et 2021 à la résidence du Premier ministre, ébranle Boris Johnson, dont la popularité a déjà souffert du scandale.

"Il y a eu des échecs de leadership et de jugement de la part de différentes parties de Downing Street et du Cabinet Office à des moments différents", a souligné Sue Gray, dans ce rapport qui a été remis au Premier ministre dans la matinée et publié en début d'après-midi. 

A une période où les Britanniques étaient contraints de limiter drastiquement leurs interactions sociales en pleine pandémie de Covid-19, "certains des comportements liés à ces rassemblements sont difficiles à justifier", a-t-elle pointé du doigt.

Elle dénonce notamment une "consommation excessive d'alcool" qui "n'est pas appropriée dans un cadre professionnel" et souligne que le jardin de la résidence du Premier ministre a été utilisé pour "des rassemblements sans autorisation claire ou surveillance", ce qui "n'était pas approprié".

 

"Enseignement à tirer" 

Elle conclut qu' "un certain nombre de ces rassemblements n'auraient pas dû être autorisés à avoir lieu ou à se dérouler comme ils l'ont fait. Il y a un enseignement important à tirer de ces événements qui doit être abordé immédiatement dans l'ensemble du gouvernement", ajoute-t-elle, soulignant que "cela n'a pas besoin d'attendre les conclusions de l'enquête de police".

Sur Gray s'est penchée sur 16 événements, dont 12 font l'objet d'une enquête de police, parmi lesquels un rassemblement dans l'appartement de Downing Street et un autre à l'occasion de l'anniversaire de Boris Johnson en juin 2020.

En raison de l'enquête de police en cours, la haute fonctionnaire a expliqué qu'elle ne peut faire qu' "une référence minimale" aux rassemblements sur lesquels enquête la police dans son rapport de 12 pages. 

La police britannique avait provoqué l'indignation vendredi en demandant que ce rapport interne soit expurgé d'éléments clés afin de ne pas nuire à ses propres investigations sur plusieurs de ces fêtes, potentiellement les plus dommageables pour Boris Johnson. 

Après cette publication, Boris Johnson doit s'exprimer devant les députés, à 15H30 (locales et GMT). 

Les partis de l'opposition et certains membres de son camp conservateur réclament son départ.

La révélation de ces fêtes ont choqué les Britanniques, qui étaient alors soumis à de stricts confinements, et plongé Boris Johnson dans une grave crise menaçant son maintien à son poste. Beaucoup de députés de son camp attendaient la publication du rapport de Sue Gray pour décider de tenter de l'évincer ou non par le biais d'un vote de défiance.

Disant comprendre la colère du public, Boris Johnson avait présenté des excuses pour ses "mauvais jugements", mais il s'est défendu d'avoir enfreint les règles, affirmant notamment avoir pensé qu'une fête où il s'était brièvement rendu en mai 2020 était un "événement de travail". 

"Nous allons devoir attendre et voir le résultat des investigations, mais bien sûr, je maintiens absolument ce que j'ai dit dans le passé, a-t-il déclaré lundi, interrogé à la télévision en marge d'une visite dans le sud-est de l'Angleterre.  

Pour faire oublier les scandales, le Premier ministre a lancé une contre-offensive, annonçant lundi un projet de loi "libertés du Brexit" qui vise à faciliter le processus déjà en cours pour modifier ou abandonner et remplacer les lois héritées de l'Union européenne.

 

En résumé: les principaux points du rapport

voici les principaux points. 

 

L'objectif du rapport

Le principal objectif de cette enquête interne, condensée en 12 pages et réalisée par la haute fonctionnaire Sue Gray, connue pour son intégrité, était de faire la lumière sur la nature de ces "rassemblements" au vu des règles contre le Covid en vigueur. Mais, écrit cette dernière, il ne lui revient pas de déterminer s'il y a effectivement eu des infractions à la loi, ce qui est de la compétence de la police. 

 

Seize rencontres examinées

Un total de 16 rencontres entre mai 2020 et avril 2021, révélées ces dernières semaines dans les médias, sont dans le viseur de cette enquête interne. 

Elle se penche ainsi sur une photo montrant Boris Johnson, sa femme et des collaborateurs partageant planches de fromages et verres de vin dans le jardin de Downing Street pendant le premier confinement le 15 mai 2020.

Un autre rassemblement a eu lieu le 20 mai : une centaine de personnes avaient été invitées par le secrétaire particulier de Boris Johnson dans les jardins de la résidence du Premier ministre. Ce dernier y avait brièvement assisté, disant avoir pensé qu'il s'agissait d'une réunion de travail.

Outre des pots de départ dans la haute administration, le rapport liste aussi une fête d'anniversaire surprise organisée en l'honneur du chef du gouvernement à Downing Street en juin, un rassemblement à Downing Street avant Noël ou deux rencontres qui se sont déroulées la veille des funérailles du prince Philip, l'époux d'Elizabeth II, en avril 2021.  Et une fête dans l'appartement de M. Johnson.

La police, qui enquête de son côté, se penche sur 12 de ces rassemblements, qu'elle a demandé à Sue Gray de ne mentionner que de manière "minimale". "Malheureusement, cela signifie forcément que je suis très limitée dans ce que je peux dire sur ces événements", a souligné cette dernière.

 

La méthode

Plus de 70 personnes ont été interrogées dans le cadre de l'enquête administrative et une série de documents ont été examinés, dont des emails, des messages Whatsapp et des textos, des photographies ainsi que les entrées et sorties des bâtiments officiels.

 

Conclusions

Le gouvernement ayant demandé aux Britanniques de drastiquement réduire leurs interactions sociales, "certains des comportements entourant ces rencontres étaient difficilement justifiables", tacle Sue Gray. 

Elle dénonce "des erreurs de leadership et de jugement de la part de différentes parties de Downing Street et du Cabinet Office à des moments différents". 

Son rapport épingle aussi une "consommation excessive d'alcool inappropriée" sur le lieu de travail, demandant à ce que chaque ministère se dote d'une "politique claire et solide" en la matière. 

La haute fonctionnaire souligne en outre que face à la forte augmentation du nombre des personnes travaillant à Downing Street ces dernières années, l'encadrement n'a pas suivi et reste "fragmenté", ce qui a eu pour effet de "brouiller les responsabilités". 

Des "leçons importantes" doivent être "immédiatement" tirées, qui ne requièrent pas d'attendre les conclusions de la police, insiste-t-elle. 

Partager cet article