27.01.22
09:57

L'étau se resserre sur Boris Johnson

Boris Johnson a défendu mercredi bec et ongles, face aux critiques de l'opposition, sa place de Premier ministre, suspendue à la publication d'un rapport potentiellement explosif sur les fêtes tenues à Downing Street pendant les confinements. Westminster est en proie à une véritable guerre des nerfs en attendant les conclusions d'une enquête interne de la haute fonctionnaire Sue Gray sur différentes garden parties, pots de départ ou fête d'anniversaire dans les cercles du pouvoir.  Ces rassemblements ont choqué les Britanniques, contraints par la loi à l'époque de restreindre drastiquement leurs contacts.

Au coeur d'intenses spéculations, le moment où sera publié ce rapport tient en haleine la presse britannique: un temps attendu mercredi, il n'avait toujours pas été remis alors que le Parlement a ajourné sa séance dans l'après-midi. Selon Sky News, il pourrait ne pas sortir avant lundi. Accusé de mensonges et appelé à la démission lors de sa séance hebdomadaire d'explications devant les députés, le dirigeant conservateur de 57 ans a refusé de commenter l'enquête en cours et a rejeté tout départ. Il a assuré se concentrer sur la reprise économique ou encore la crise en Ukraine, haussant la voix dans une ambiance houleuse.

Eclairage avec Sébastien Boussois, Docteur en sciences politiques, chercheur Moyen-Orient et relations euro-arabes.

 

Partager cet article

En lien avec l'article