26.01.22
13:52

Les deux tiers des personnes positives au Covid-19 en Angleterre l'ont déjà eu

Près des deux tiers des personnes positives au Covid-19 en janvier en Angleterre ont dit avoir déjà été contaminées par le coronavirus, montre une étude de l'Imperial college London parue mercredi.

Dans le cadre du programme React, une vaste étude mesurant l'évolution de la transmission du virus dans la population, 100.000 dépistages PCR ont été envoyés entre les 5 et 20 janvier 2022 au domicile de volontaires en Angleterre. Sur les 3.582 personnes qui se sont alors révélées positives, près des deux tiers (64,6%) ont déclaré avoir déjà été testées positives au Covid-19. 

Paul Elliott, professeur d'épidémiologie et de médecine de santé publique à l'Imperial College de Londres et directeur du programme REACT, a toutefois précisé que ces cas ne pouvaient être techniquement appelés réinfections car un individu pouvait être testé positif deux fois pour la même contamination.  "Ils ont peut-être eu un test positif pour Omicron, en décembre, puis ont été testés par nous", a-t-il souligné, cité par le journal The Telegraph. "Nous ne savons pas quand ils l'ont eu, cela aurait pu être en mai 2020, ou la semaine dernière", a-t-il aussi relevé.

Quelque 1.400 échantillons positifs ont été analysés, et Omicron a été détecté dans 99% de ces tests. Ce variant a provoqué cet hiver au Royaume-Uni une flambée du nombre des cas qui sont depuis en baisse.

L'Agence britannique de sécurité sanitaire (UKHSA) a fait savoir qu'elle commencerait à inclure des données sur une éventuelle réinfection dans son tableau de bord sur le Covid-19 à partir de la fin du mois de janvier. Seront considérées réinfectées les personnes testées positives 90 jours ou plus après une précédente contamination.

Les nouvelles données rendues publiques dans le cadre du programme React suggèrent que le pic de la vague Omicron s'est situé vers le 5 janvier. Entre les 5 et 20 janvier, une personne sur 23 en Angleterre était contaminée par le Covid.

"Il y a de bonnes nouvelles dans nos données dans la mesure où les infections ont rapidement chuté en janvier, mais elles sont toujours extrêmement élevées", a nuancé le professeur Elliott. Il a notamment jugé "préoccupante" l'augmentation rapide de la prévalence parmi les enfants et chez les personnes de plus de 65 ans par rapport à décembre, "ce qui peut entraîner une augmentation (du nombre) des hospitalisations". "Les taux de Covid-19 sont encore élevés, donc, au moment où nous apprenons à vivre avec le virus, il est essentiel que nous continuions à être vigilants", a dit le ministre de la Santé Sajid Javid, rappelant les gestes barrières et incitant à la vaccination contre le Covid.

Partager cet article

Partager cet article