25.01.22
08:21

"Nous aurions dû imposer la vaccination dès le départ"

Ridouane Chahid, chef de groupe PS au parlement bruxellois, était l'invité de Martin Buxant. Le socialiste a évoqué l'échec de la vaccination en région bruxelloise en insistant sur la nécessité de davantage informer la population.

"On doit encore plus travailler sur la pédogagie, sur des antennes locales. Nous devons convaincre ceux qui sont réfractaires au vaccin. Mais en effet, les chiffres ne sont pas là. Sans parler des doubles vaccinés qui ne montrent
pas d'enthousiasme pour la 3e dose."

Un cas à part

Pour autant, le chef de groupe PS au parlement bruxellois est opposé à la vaccination obligatoire. Contrairement à la tendance générale qui domine dans son parti. "Dans mon parti, je suis un cas à part. Je suis contre la vaccination obligatoire. On doit essayer de convaincre et non obliger. Obliger c'est retrancher des gens dans une position. Si nous avions imposé la vaccination dès le début, cela aurait mieux. Nous aurions dû l'imposer dès le départ. Nous n'avons pas amené le débat de la meilleure façon."

Enfin, il pointe du doigt le manque de clarté des décisions du codeco dont les décisions sont de plus en plus désavouées par la population et qui conduisent aux manifestations, telle que celle vécue dimanche à Bruxelles. "Ce qui amène l'incertitude, c'est l'absence de décisions à long terme. On réévalue les mesures toutes les 2 ou 3 semaines. À notre niveau, on tente de relaier les messages aux différents niveaux de pouvoir, de faire comprendre que le manque de clarté amène la confusion chez le citoyen. On doit aller vers des solutions plus pérennes. Quant au baromètre, il a le mérite d'exister. Mais il doit être réévalué. Il doit faire l'objet d'une consultation des secteurs concernés."

Partager cet article

Partager cet article