24.01.22
07:44

"Il faut une tolérance zéro et plus de fermeté à l'égard de ces casseurs"

Pierre-Yves Jeholet, Ministre-Président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, était l'invité de Martin Buxant ce lundi matin.

Interpellé à propos de la manifestation de dimanche, et particulièrement sur les heurts en fin de journée entre manifestants d'extrême droite et policiers, le ministre explique : "c'est inacceptable, scandaleux, j'en ai eu des frissons. Nous voulons une politique de tolérance zéro".

Il ajoute : "les policiers font un travail remarquable, on ne peut plus accepter des violences à leur égard, comme à d'autres métiers comme les ambulanciers, les enseignants,..."

Selon lui, la manifestation rassemblait de nombreux publics malgré la présence de l'extrême droite et gauche. "Quand on étudie le pédigrée des organisateurs on voit des liens". Il ajoute également que : "Dans une manifestation, 50 000 personnes c'est énorme. Et il y a aussi une masse silencieuse qui ne manifeste pas. Notre population est fatiguée et on doit s'en rendre compte"

Sur le baromètre, déjà dénoncé par la culture : "C'est un outil important, qui vient peut-être trop tard mais mieux vaut tard que jamais. Notre baromètre c'est notre garde-robe pour sortir de l'hiver".

Mais ce baromètre peut-il convaincre ? "En décembre, la rupture a été encore plus forte. Mais j'espère que les mesures de vendredi vont réconcilier tout le monde. On doit concilier les gens entre ceux qui veulent de fortes mesures et ceux qui n'en veulent plus".

L'enseignement ? Pour Pierre-Yves Jeholet, la situation n'est pas chaotique. "Je ne comprends pas vraiment la grève du 10 février. La situation au niveau des absences des enseignants et des élèves est très problématique, et elle le restera probablement jusque carnaval. Mais nous devons vivre avec ça. On aurait préféré de fermer les écoles ? On a toujours donné une priorité à l'école". Selon lui, les représentants syndicaux doivent mesurer les mots qu'ils utilisent. "Cette grève méprise ceux qui ont perdu leur boulot et qui se trouvent dans une situation difficile".

Partager cet article

En lien avec l'article