20.01.22
16:28

"On ne peut pas dire qu'Omicron est comme une banale grippe d'automne"

"Le niveau de contamination augmente, et augmente rapidement", a déclaré le Premier ministre ce jeudi à la Chambre. "Lundi, on a eu 60.000 cas positifs sur un total estimé à 90.000 tests. Ce qui veut dire que lundi, deux tests sur trois étaient positifs. Le nombre de gens positifs est donc probablement bien supérieur, que les 60.000, ce qui montre que la circulation du virus est très, très élevée."


"Deuxièmement, on voit que la pression dans les soins intensifs baisse d'une manière graduelle. Est-ce que cela veut dire qu'il n'y a pas de risque? Gardons quand même une certaine prudence", a insisté Alexander De Croo. "Le nombre d'hospitalisations augmente quand même. Les hospitalisations d'hier et d'avant-hier, par rapport au même moment la semaine passée, ont augmenté de 50 à 80%. Est-ce que cela va se traduire vers une augmentation de la pression dans les soins intensifs? Ce n'est pas clair pour l'instant, mais le fait qu'il y ait tellement de gens qui sont hospitalisés à cause du Covid montre que l'on n'est pas aujourd'hui dans une situation où l'on peut dire que le variant Omicron est comme une banale grippe d'automne. Clairement, ceci n'est pas une grippe, c'est quand même quelque chose qui a des effets qui vont au delà de cela. Troisième élément, c'est que la vaccination, et spécifiquement la vaccination booster, reste notre meilleure défense. C'est un des outils les plus importants. Et ça avance, si on le compare avec d'autres pays européens."

 

"Tout ce qu'on a appris doit se concrétiser dans ce baromètre"

A la veille d'un Comité de concertation, Alexander De Croo a expliqué l'objectif du fameux baromètre qui devrait y être discuté: "C'est donc dans ce cadre, que nous travaillons vers un baromètre, qui est un système qui doit nous aider à mieux gérer cette période qui s'annonce. Une période où il y aura des moments où la situation s'améliore - et quand la situation s'améliore, c'est clair qu'on ne va pas garder les règles en vigueur une journée de trop - mais d'un autre côté aussi, il est possible que la situation parte dans le mauvais sens. Là, le baromètre doit nous donner la transparence, la prévisibilité, de comprendre quelles sont les mesures auxquelles on peut s'attendre. Et une meilleure proportionnalité."

"On a beaucoup appris pendant la gestion de cette pandémie. Maintenant, tout ce qu'on a appris doit se concrétiser dans ce baromètre. Le but est d'avoir un baromètre de gestion, qui stipule spécifiquement ce qui se passe pour la culture, les événements, le sport, l'Horeca et les activités. Est-ce que cela veut dire que d'autres mesures ne sont pas possibles? Non, mais on veut donner de la visibilité par rapport à ces secteurs , parce que ces secteurs là doivent s'organiser et ont besoin de plus de prévisibilité que les autres."

"Demain est un moment important pour tous les gouvernements de ce pays pour montrer que l'on peut utiliser toute la connaissance qu'on a accumulée vers quelque chose qui donne cette prévisibilité, et cette transparence à laquelle on a le droit maintenant pour gérer la crise."

Partager cet article