17.01.22
10:32

Open d'Australie: "Je ne serai jamais contre ce que dit la justice", affirme Nadal

"Je ne serai jamais contre ce que dit la justice", a expliqué lundi Rafael Nadal, même si, selon lui, Novak Djokovic n'est pas le seul à blâmer pour le "gâchis" de l'expulsion du Serbe, qui a assombri les débuts de l'Open d'Australie.

L'Espagnol a également assuré qu'il aurait préféré que le tenant du titre participe au premier tournoi du Grand Chelem de l'année.

Le numéro un mondial serbe a quitté l'Australie dimanche, à la veille du tournoi, après avoir perdu une longue bataille juridique pour obtenir le rétablissement de son visa suite à son annulation en raison de sa non-vaccination contre le coronavirus.

Djokovic a gagné un premier recours mais a perdu une deuxième audience décisive dimanche, et Nadal a déclaré qu'il était "fatigué" d'en parler.

"Il y a presque une semaine, lorsqu'il a gagné en première instance, il a pu récupérer son visa et a pu s'entraîner. J'ai dit que la justice avait parlé", a déclaré Nadal après s'être qualifié pour le deuxième tour de l'Open d'Australie.

"Hier, la justice a dit autre chose. Je ne serai jamais contre ce que dit la justice", a souligné le N.5 mondial.

Après avoir été détenu à son arrivée à Melbourne, Djokovic, non vacciné, a passé cinq jours dans un centre de détention de l'immigration, avant d'être libéré pour s'entraîner à Melbourne Park.

Mais il a ensuite été à nouveau détenu avant de recevoir l'ordre de quitter le pays.

"Je pense que la situation a été un désastre", a indiqué Nadal.

"Il n'est pas le seul à avoir fait des choses probablement mauvaises dans cette affaire. Bien sûr, il y a d'autres responsables dans toute cette terrible situation à laquelle nous avons été confrontés ces deux dernières semaines", a-t-il ajouté.

"Mais évidemment, il est l'un des responsables", a jugé le Majorquin.

Nadal bénéficie directement de l'absence de Djokovic, les deux joueurs ayant l'ambition de devenir le premier homme à remporter 21 tournois du Grand Chelem.

"La situation idéale dans le monde du sport est que les meilleurs joueurs soient sur le terrain et disputent les événements les plus importants, sans aucun doute", a néanmoins souligné le joueur de 35 ans.

En conséquence, la présence de son rival aurait été "mieux pour tout le monde".

Partager cet article

Partager cet article