11.01.22
07:35

"En Belgique, on a tellement peu de courage qu'on est vite de droite"

Georges-Louis Bouchez, Président du MR, était l'invité de Martin Buxant dans la Matinale LN24.

Ce lundi, le ministre wallon du Budget Jean-Luc Crucke a annoncé sa démission lors d'une conférence de presse. "Mes convictions ne sont plus en pleine adéquation avec la ligne de mon parti", justifiait-il. 

Dans cette interview, Georges-Louis Bouchez est revenu sur cette démission et ces déclarations : 

"On essaye de faire croire toute une série de choses dans la presse autour de ma personnalité, etc. Je peux vous dire que ce parti, le Mouvement Réformateur, est un des partis les moins centralisés, par rapport à toutes les autres formations politiques. Vous savez, au Parti Socialiste, il n'est pas de très bon ton d'avoir une opinion divergente, mais chez nous, c'est de tradition d'avoir du débat interne."

Le Président du MR est souvent dépeint comme quelqu'un de la "droite décomplexée, de la droite affirmée et convaincue". Certes, Georges-Louis Bouchez revendique être de droite, mais il juge qu' "en Belgique, on a tellement peu de courage qu'on est vite de droite".

"Dans ce pays, on est vite impressionné par trois fois rien (...) À un moment donné, il faut arrêter avec le sketch de coller des étiquettes. J'en ai un peu marre de cette lecture morale dans la presse qui consisterait à dire qu'il y a des gens qui seraient vertueux, qui eux ont compris, c'est quoi le social, et de l'autre côté, les méchantes personnes de droite."

Concernant la succession de Jean-Luc Crucke, M. Bouchez a déclaré que "quand on fait un casting ministériel, on doit tenir compte de la répartition géographique". Le successeur de M. Crucke au gouvernement wallon sera annoncé officiellement ce mardi matin et sera donc du Hainaut.

Le président des libéraux francophones a également évoqué son prétendu soutien à Eric Zemmour. "Je combats les idées d'Eric Zemmour mais je reconnais à Eric Zemmour la constance de ces idées. Valérie Pécresse dit aujourd'hui des choses semblables à Zemmour, sauf qu'elle disait l'opposé, il y a deux ans. Macron est pour moi le seul candidat valable."

Dans le reste de l'interview, Georges-Louis Bouchez aborde la situation sanitaire ou encore la vaccination obligatoire.

Retrouvez l'intégralité de l'interview dans la vidéo ci-dessus. 

Partager cet article