07.01.22
15:44

Le footballeur Benjamin Mendy, accusé de viols, libéré sous contrôle judiciaire

Le défenseur international français de Manchester City Benjamin Mendy, accusé de sept viols et d'une agression sexuelle, a été libéré et placé sous contrôle judiciaire vendredi par la justice britannique. 

Le juge Patrick Thompson a décidé lors d'une audience devant la Crown Court de Chester (nord-ouest de l'Angleterre) de relâcher le champion du monde de 2018, qui était en détention provisoire depuis fin août.

Le joueur de 27 ans va donc pouvoir sortir de la prison de Manchester où il a récemment été transféré, dans l'attente de son procès, repoussé à l'été (27 juin ou 1er août) après avoir été initialement programmé le 24 janvier.

Une autre audience préliminaire a cependant été maintenue à cette date, où sa libération sera réexaminée. 

L'international français est visé par sept chefs d'accusation de viol sur quatre femmes et un chef d'accusation d'agression sexuelle sur une cinquième, pour des faits qui s'étendraient entre octobre 2020 et août 2021.

L'affaire avait démarré fin août quand le club de Manchester City avait annoncé la suspension du joueur sans autre explication.

La justice anglaise avait ensuite rapidement annoncé que le joueur avait été placé en détention provisoire après avoir été accusé de quatre viols - dont un commis quelques jours plus tôt, alors qu'il était en liberté conditionnelle - et une agression sexuelle, par trois femmes dont une mineure.

Ces premiers faits se seraient déroulés à son domicile de Prestbury, dans le Cheshire.

Formé au Havre, révélé à Marseille et passé une saison par Monaco, Mendy était devenu le défenseur le plus cher de l'histoire en 2017 quand les Citizens avaient déboursé 52 millions de livres (environ 60 millions d'euros) pour s'attacher ses services.

A son arrivée à City, où il lui reste un an et demi de contrat, il était considéré comme l'un des grands espoirs français et mondiaux au poste d'arrière gauche.

Mais la carrière du joueur de 27 ans a été freinée depuis quatre ans par des blessures, avant de l'être par les faits qui lui sont reprochés.

La peine maximale qu'il encoure, s'il plaide non coupable, est la perpétuité.

Partager cet article

En lien avec l'article