05.01.22
18:43

JO-2022: le CIO appelle les participants à "une extrême vigilance"

Le Comité international olympique a appelé mercredi les participants aux Jeux de Pékin (4-20 février) à "une extrême vigilance", alors que l'actuelle vague de Covid-19 pourrait empêcher certains qualifiés de s'envoler pour la Chine

Lausanne, Suisse | AFP | mercredi 05/01/2022 - 19:13 UTC+1 | 406 mots


AJOUTE PRÉCISION SUR LA GESTION DES NON-VACCINÉS, DES CAS POSITIFS ET DES CAS CONTACTS

Le Comité international olympique a appelé mercredi les participants aux Jeux de Pékin (4-20 février) à "une extrême vigilance", alors que l'actuelle vague de Covid-19 pourrait empêcher certains qualifiés de s'envoler pour la Chine.

Lors d'une réunion à huis clos avec les comités olympiques nationaux, les organisateurs des Jeux et les fédérations internationales, l'instance olympique a balayé toute perspective de report, assurant que tout était "sur la bonne voie pour la tenue de Jeux sûrs", selon un communiqué.

Mais face à la propagation rapide des variants Delta et Omicron du coronavirus, "nous devons tout faire pour que les athlètes ne soient pas privés de leur rêve olympique quelques jours avant leur départ", a souligné le patron de l'organisation, Thomas Bach.

Le CIO a donc appelé "tous les participants aux Jeux" à "faire preuve d'une extrême vigilance", en suivant "dès maintenant" les consignes anti-Covid regroupées dans des manuels, qui préconisent en particulier de limiter "au strict minimum" les interactions physiques.

La récente vague de cas positifs sur le circuit féminin de ski alpin, pourtant un sport d'extérieur qui tourne sous "bulle" pour la deuxième saison d'affilée, a rappelé le risque de contaminations en cascade même parmi des sportifs vaccinés.

"On n'arrive pas à tenir les bulles sanitaires, on croise plein de gens, nos hôtels sont aussi ouverts aux touristes, ça manque de cohérence. Un respect plus strict des bulles me paraîtrait plus judicieux", déplorait mercredi le slalomeur Clément Noël auprès de l'AFP.

"Il y a tellement de cas de Covid-19 qu'on a peur que ça nous tombe dessus à un moment donné, même si on fait hyper gaffe", avait ajouté le Français, qui n'envisage cependant "pas du tout" de manquer une étape de Coupe du monde alors que janvier concentre les classiques du circuit mondial.

Comme lors des Jeux de Tokyo, à l'été 2021, le CIO doit trouver un équilibre entre sécurité sanitaire et équité sportive, et limite donc autant que possible les restrictions: seuls les non-vaccinés subiront une quarantaine de 21 jours à leur arrivée, tandis que les sportifs infectés mais asymptomatiques sortiront de l'isolement dès qu'ils pourront présenter deux tests PCR négatifs distants de 24 heures.

Ils rejoindront alors le système "de gestion des cas contacts", qui s'était avéré décisif au Japon pour limiter l'impact de la pandémie sur les Jeux: testés deux fois par jour, les sportifs concernés mangeront et se déplaceront séparément, mais "pourront continuer à s'entraîner et à participer aux compétitions".

Partager cet article

Partager cet article