02.01.22
19:19

Afrique du Sud: le Parlement en partie détruit par un incendie, un suspect arrêté

Un violent incendie continuait de ravager dimanche soir le parlement sud-africain au Cap, et la police, qui privilégie la piste criminelle, a arrêté un homme de 51 ans qui va être présenté à la justice.

Depuis de longues heures, les pompiers luttent contre le feu qui ravage le vaste bâtiment victorien à la façade victorienne blanche et en briques rouges. 

"Un homme a été arrêté à l'intérieur du Parlement, il est toujours interrogé dans le cadre d'une enquête criminelle. Il comparaîtra devant la justice mardi", a déclaré à l'AFP Thandi Mbambo, porte-parole de l'unité d'élite de la police sud-africaine, les Hawks. 

Aucune victime n'a été signalée, mais l'enceinte de l'Assemblée nationale dans l'aile la plus récente de l'édifice, a été entièrement détruite. "La chambre où les membres siègent a entièrement brûlé", a déclaré à l'AFP son porte-parole, Moloto Mothapo, précisant que selon les premières constations, "le feu s'est déclenché dans deux foyers de deux parties distinctes du Parlement".

"Il semblerait que le système d'extinction automatique n'ait pas fonctionné comme il est censé le faire", a également déclaré à la presse le président Cyril Ramaphosa qui s'est rendu sur place. "Le travail du Parlement se poursuivra", a toutefois martelé le chef de l'Etat qui devait prononcer dans son enceinte un discours à la Nation en février.

Le feu a démarré vers 05H00 (03H00 GMT) dans l'aile la plus ancienne de l'édifice achevée en 1884, aux salles recouvertes de bois précieux et où siégeaient auparavant les parlementaires. Dans cette partie historique, le toit s'est effondré, "il n'en reste rien", a constaté le responsable des services de sécurité et de secours de la Ville, Jean-Pierre Smith. 

Le feu est ensuite allé dévorer les parties plus récentes aujourd'hui en service. Des images aériennes diffusées sur les chaînes de télévision ont montré d'immenses flammes s'échappant des toits.

L'étendue complète des dégâts dans le bâtiment qui abrite une précieuse collection de livres et d'art, n'a pas encore été constatée. 

Les rues du quartier huppé sont bouclées depuis l'aube. Le cordon de sécurité s'étend jusqu'aux fleurs encore étalées sur le parvis de la cathédrale Saint-Georges voisine, où ont eu lieu la veille les obsèques de Desmond Tutu, dernier héros de la lutte anti-apartheid mort le 26 décembre. Ses cendres ont été inhumées dimanche dans l'église. 

 

Tapis et rideaux

Quelque 70 pompiers, qui ont utilisé une grue, étaient mobilisés. 

"Accablant de voir notre Assemblée nationale ainsi", a déploré dans un tweet Brett Herron, un des représentants de la province du Cap-Occidental au Parlement, tandis que l'ex parlementaire Mmusi Maimane déplorait "une tragédie".

A l'intérieur des salles, une fine pluie de cendres grises tombait des plafonds sur des sols jonchés de débris. Les secours redoutaient que le feu ne continue à se propager dans ces vieilles salles ornées de riches tapis et rideaux. 

C'est au Parlement que le dernier président sud-africain blanc mort en novembre, FW de Klerk, avait annoncé en février 1990 la fin du régime raciste d'apartheid. 

Le bâtiment avait déjà été victime d'un incendie rapidement circonscrit en mars, parti également de son aile la plus ancienne. Les récentes annexes ont été construites dans les années 1920 et 1980.

Le Cap est depuis 1910 le siège du Parlement composé de l'Assemblée nationale et d'une chambre haute nommée Conseil national des provinces, alors que le gouvernement est installé à Pretoria. 

En avril, un feu sur la montagne de la Table surplombant la cité côtière s'était propagé et avait détruit des trésors de la bibliothèque de la prestigieuse Cape Town University, en contrebas. 

 

AFP

Partager cet article