26.12.21
14:30

"Non à l'injustice", près de 5.000 Belges ont manifesté à Bruxelles contre la fermeture du secteur culturel

Dès ce dimanche, les mesures décidées par le Comité de concertation du 22 décembre entrent en application. Ces restrictions seront en vigueur jusqu'au 28 janvier 2022 inclus et concernent notamment la fermeture des lieux culturels en intérieur. 

Dès 14h, des milliers de manifestants se sont rassemblés au Mont des Arts à Bruxelles pour protester contre ces mesures. Selon la police, près de 5.000 personnes se sont réunies. Les discours et Les représentations artistiques tenus sur place ont eu pour objectif de signaler aux autorités le sentiment d'injustice ressenti par tout un secteur, mais aussi par une partie de la population.

culture

"Non à ce décret imbécile!", "Contrairement à la finance, la culture nous enrichit", "No culture, no future" proclamaient des pancartes dans le rassemblement. Certains manifestants arboraient des masques de carnaval, dans une ambiance bon enfant où se mêlaient francophones et néerlandophones.

Juchés sur une tribune, des responsables de grandes institutions culturelles bruxelloises, comme le Théatre royal flamand (KVS) et l'opéra de La Monnaie, ont appelé les politiques à "reconsidérer" la décision de fermeture des salles à compter de dimanche. Celle-ci a été présentée mercredi comme une mesure de précaution face au très contagieux variant Omicron.

manif culture

Parlant d'"incohérence" voire d'"aberration", plusieurs experts sanitaires ont publiquement dénoncé cette décision, jugée d'autant plus étonnante que les cafés et restaurants peuvent rester ouverts dans tout le pays sous certaines conditions.

"Une fois de plus on creuse les inégalités et l'accès à la culture", a dénoncé Virgine Cordier, directrice du centre culturel La Vènerie, dans la commune bruxelloise de Watermael-Boitsfort.

D'autres évoquaient l'importance de maintenir ouverts cinémas et théâtres "pour la santé mentale" d'une population éprouvée par près de deux ans de pandémie.

"Je préfère me nourrir de culture que d'aller m'empiffrer au resto. Cette fermeture est injuste", a lancé à l'AFP Catherine, une professeure de français âgée d'une cinquantaine d'années.

culture

Des centaines de personnes réunies à Liège

Plus tôt dans l'après-midi, c'est du côté de Liège que plusieurs centaines de personnes ont manifesté, devant le cinéma Sauvenière, resté ouvert. En effet, ce jeudi, l'ASBL Les Grignoux, qui gère plusieurs cinémas wallons, a décidé de ne pas suivre la mesure.

"Nous avons décidé de continuer d'accueillir nos spectateurs en toute sécurité, comme on le fait depuis des mois",

nous avait confié Stéphane Wintgens, responsable communication des Grignoux.

Ainsi, de nombreux acteurs connus ou non du secteur se sont réunis pour dénoncer cette fermeture et appeler à une réouverture anticipée.

Depuis l'annonce, de nombreuses voix contre la fermeture de la culture se sont élevées. Cinémas, théâtres et salles de concerts, ils sont nombreux à vouloir ouvrir malgré tout. Un acte de désobéissance civile qui met les bourgmestres dans l'embarras.

Dans la suite des vives réactions suscitées par la décision gouvernementale, les recteurs et rectrices des universités francophones ont également souhaité rappeler que la culture n’est pas le problème mais la solution.

En annonçant mercredi ces nouvelles restrictions, le gouvernement a indiqué qu'il ne prévoyait pas de nouvelle évaluation de la situation avant début janvier. Aucune date précise n'a été donnée.

Le secteur a annoncé qu'un recours sera introduit la semaine prochaine devant le Conseil d'Eat.

Partager cet article

En lien avec l'article