17.12.21
07:57

Les Alpes en manque de saisonniers et de touristes

"Les vacances d'hiver se présentent bien" pour les stations de montagne françaises, malgré l'absence des Britanniques qui représentent "15% de la clientèle ski" dans l'Hexagone, a déclaré jeudi le ministre délégué en charge du Tourisme Jean-Baptiste Lemoyne, à la veille d'un conseil de défense sanitaire.

"On est à des taux de réservations de 91% par rapport à 2019 qui avait été une très bonne année. Les vacances d'hiver se présentent bien", a-t-il indiqué sur BFM Business.

"Effectivement on va avoir de la perte du côté des Britanniques, qui représentent 15% de la clientèle ski", a-t-il admis alors que le gouvernement français a annoncé rétablir, à compter de samedi, l'obligation de "motifs impérieux" pour les voyageurs en provenance et à destination du Royaume-Uni, en proie à une flambée de contaminations au Covid-19.

"C'est vrai qu'on a pris la décision de restreindre les motifs pour voyager: les motifs de loisirs ne sont pas acceptés, sauf pour les Français qui vivent en Grande-Bretagne: ils peuvent revenir en France avec leurs conjoints, leurs enfants, c'est un droit inaliénable", a détaillé M. Lemoyne.

Dans certaines stations comme l'Alpe d'Huez (Isère), où les skieurs britanniques sont habituellement très nombreux, cette nouvelle a fait l'effet d'une douche froide: le domaine sera privé d'un quart de sa clientèle, a déclaré à l'AFP François Badjily, directeur de l'Office du tourisme.

En revanche, la Compagnie des Alpes, qui gère une dizaine de grands domaines (La Plagne, Les Arcs, Tignes, Val d'Isère, Méribel...), a assuré que la période de Noël était "majoritairement fréquentée" par ses clients français.

Interrogé sur la probabilité que le gouvernement décide de "refermer les frontières", M. Lemoyne a estimé qu'il devrait plutôt opter pour une "vigilance renforcée", avec "des durées de tests raccourcies, des demandes de tests plus régulières... ce sera posé sur la table au conseil de défense sanitaire demain (vendredi) à 16H".

"Mais on est outillés pour faire face" à cette cinquième vague de Covid-19, "par la politique de rappel, cette 3ème dose, par les gestes barrières etc... on a la bonne stratégie", a conclu le ministre délégué au Tourisme.

Un sujet de Thomas Destreille.

Partager cet article

Partager cet article