15.12.21
06:10

Camion charnier en Angleterre: 15 ans de prison requis contre le chef présumé de la cellule belge

C'est l'un des drames de l'immigration les plus poignants de ces dernières années: 39 cadavres retrouvés dans un conteneur en Angleterre.

Une peine de 15 ans de prison a été requise mercredi contre un Vietnamien de 45 ans accusé d'avoir organisé le transport d'une partie des 39 migrants vietnamiens retrouvés morts dans un conteneur en Angleterre en 2019.

Devant le tribunal de Bruges où sont jugés 27 prévenus au total, dans le volet belge de cette gigantesque enquête, cet homme a été décrit par l'accusation comme "le chef de la cellule belge". Une quinzaine des 39 victimes auraient transité par deux logements bruxellois placés sous son autorité, selon la thèse du parquet fédéral.

 

La macabre découverte a suscité une émotion planétaire et entraîné des procédures judiciaires dans au moins quatre pays, notamment en Belgique. Le conteneur était parti du port belge de Zeebruges en direction de l'Angleterre, où a eu lieu la découverte des corps après une nuit de voyage, le 23 octobre 2019, dans la zone industrielle de Grays, à l'est de Londres.

L'accusation a établi qu'"au moins quinze" des 39 occupants du conteneur étaient partis le 22 octobre d'Anderlecht, commune limitrophe de Bruxelles où le réseau de trafiquants disposait d'une planque. Les victimes -31 hommes et huit femmes, âgés de 15 à 44 ans- étaient toutes originaires du Vietnam. Elles sont mortes d'asphyxie et d'hyperthermie en raison de la chaleur et du manque d'oxygène dans l'espace confiné du conteneur.

Dans le volet belge des investigations, un coup de filet a été mené le 26 mai 2020, principalement en région bruxelloise, visant des Vietnamiens suspectés d'avoir pris part à ce trafic à des degrés divers.

 

15 ans requis

Le ministère public a requis 15 ans de prison, assortie d’une amende et de la saisie de plus de 2 millions d’euros, pour le principal prévenu de ce procès, un Vietnamien de 45 ans. Selon la procureure, il est établi qu’il s’agit du leader de l’organisation criminelle de trafic d’êtres humains en Belgique. En ce qui concerne les 26 autres prévenus, le Ministère public a requis des peines de prison allant de 1 an à 8 ans.


Durant son réquisitoire, la procureure a expliqué et démontré que les prévenus font partie d’une organisation criminelle qui permettait à des migrants vietnamiens de rejoindre la Belgique et puis le Royaume-Uni. "Parmi les personnes identifiées dans cette enquête, au moins 18 appartiennent à cette organisation. Il est établi que sans elles le transport n’aurait pas pu avoir lieu."


Selon la procureure, le premier prévenu, un Vietnamien de 45 ans, est le leader de l’organisation en Belgique. Les autres y ont participés de près ou de loin en réalisant des courses de taxis, en organisant des trajets ou les logements, ou encore en achetant des cartes SIM.


Ces migrants étaient notamment hébergés dans différentes adresses en Belgique, notamment deux maisons dont l’une était à Anderlecht. Cette "safehouse" était déjà utilisée en 2018. Le cout du trajet clandestin en le Vietnam et le Royaume-Uni s’élevait au minimum à 24 000 euros.
Avant le Ministère public, les avocats des parties civiles, essentiellement des associations de défenses des droits de l’homme, ont demandé la condamnation des prévenus rappelant au tribunal "la monstruosité du traitement réservé" à ces 39 personnes, "entassées comme du bétail dans un container d’environ 30m2."

Les plaidoiries de la défense ont débuté devant le Tribunal correctionnel de Bruges.

 

L'enquête a identifié dans la commune bruxelloise d'Anderlecht deux planques par lesquelles transitaient les candidats au franchissement de la Manche. Au moins 15 victimes sont passées par Anderlecht, selon l'accusation. "Dans cette organisation criminelle très bien rodée tout était mis en œuvre pour éviter d'être détecté", a ajouté la magistrate. "Au moins 130 transports" vers la Grande-Bretagne ont été réalisés par cette seule organisation, a-t-elle estimé.

Propriétaires des planques, intendants chargés de gérer les achats et les besoins quotidiens des migrants durant leur séjour, chauffeurs de taxi etc: les complices présumés de ce chef de réseau sont 22 au total à être jugés. Des peines allant d'un an à dix ans de prison ferme ont été requises à leur encontre.

Ce drame de l'immigration clandestine, un des plus poignants de ces dernières années en Europe, a fait l'objet de procédures judiciaires dans au moins quatre pays, notamment en Belgique. Le conteneur était parti du port belge de Zeebruges en direction de l'Angleterre où a eu lieu la découverte des corps après une nuit de voyage, le 23 octobre 2019, dans la zone industrielle de Grays, à l'est de Londres.

Les victimes --31 hommes et huit femmes, âgés de 15 à 44 ans-- étaient toutes originaires du Vietnam. Elles sont mortes d'asphyxie et d'hyperthermie en raison de la chaleur et du manque d'oxygène dans l'espace confiné du conteneur.

 

Pol Loncin, avec AFP

Partager cet article