09.12.21
05:58

Les efforts de Biden pour promouvoir ses réformes tombent à plat

Joe Biden s'est efforcé mercredi dans le Missouri, Etat du centre des Etats-Unis, de vanter ses grands plans d'investissement qui, jusqu'ici, tombent à plat auprès de ménages américains profondément pessimistes.

Le président américain a prononcé un discours dans un hangar de la régie des transports de Kansas City, où la Maison Blanche a fait tendre des bannières portant un tout nouveau slogan, "Building a Better America" ("Construire une meilleure Amérique"), et renvoyant vers une page internet flambant neuve.

"Finies les paroles, place à l'action", a-t-il dit, en référence aux promesses jamais tenues de son prédécesseur Donald Trump, qui voulait investir lourdement dans les infrastructures.

"Nous allons reconstruire ce pays", a promis Joe Biden.

Le Missouri, Etat du "Midwest", vaste région agricole des Etats-Unis qui s'étend des Grands Lacs jusqu'au centre du pays, a voté largement en faveur de l'ancien président républicain l'an dernier.

L'exécutif américain a publié force chiffres sur les bénéfices que le Missouri retirera du gigantesque plan d'infrastructures récemment promulgué par Joe Biden, d'un montant total de 1.200 milliards de dollars.

L'Etat pourra rénover des ponts et des canalisations mais aussi acheter des bus électriques, assure l'exécutif américain.

Joe Biden veut multiplier les déplacements à travers les Etats-Unis pour rallier les Américains autour de ce projet, et susciter leur enthousiasme pour un autre immense chantier: une loi de dépenses sociales de 1.750 milliards de dollars, âprement discutée au Congrès actuellement.

Mais les efforts du démocrate de 79 ans tombent jusqu'ici à plat.

La Maison Blanche multiplie donc les efforts de communication, à l'image de ce nouveau site internet dévoilé mercredi sur lequel les citoyens sont invités à dire, en vidéo, tout le bien qu'ils pensent des réseaux internet rapides et des autoroutes rénovées promises par le président.

Américains pessimistes 

Un tout récent sondage du Wall Street Journal estime à 41% seulement la proportion d'Américains satisfaits de l'action du président démocrate.

Voilà qui augure mal des élections législatives de mi-mandat prévues dans un an aux Etats-Unis, un scrutin historiquement défavorable au camp présidentiel.

Peut-être plus inquiétant pour un Joe Biden qui mise sur le pouvoir d'achat et l'espoir de progression sociale pour séduire la classe moyenne: 61% des personnes interrogées estiment que l'économie américaine va dans la mauvaise direction.

Et ce malgré une croissance robuste et une baisse du chômage, reléguées au second plan par une poussée d'inflation qui inquiète les ménages.

Les communicants du président sont donc régulièrement interrogés sur leur stratégie.

Si Joe Biden répond souvent, en quelques mots lapidaires, aux questions que lui crient les reporters après un discours ou au pied d'Air Force One, il ne donne pas ou peu d'interviews en bonne et due forme, ni de longues conférences de presse.

Il privilégie les discours qui lui permettent de marteler sans relâche les mêmes formules sur la nécessité de donner "un peu d'air" et de la "dignité" à la classe moyenne, les mêmes avertissements sur les progrès technologiques de la Chine, les mêmes anecdotes sur ses voyages en train, les mêmes exemples frappants sur le prix exorbitant de l'insuline ou de la garde d'enfants...

Joe Biden ponctue ses propos de "Nous sommes les Etats-Unis d'Amérique, bon Dieu!". Il s'est ainsi indigné mercredi des insuffisances du réseau internet en évoquant des familles obligées de se garer pendant la pandémie sur le parking de restaurants pour que leurs enfants puissent se connecter au wi-fi, afin de suivre leur scolarité à distance.

Les éditorialistes se perdent en conjectures sur ce fossé entre les statistiques économiques plutôt encourageantes et l'impopularité du président.

Est-ce la faute d'une pandémie qui fatigue les Américains? Des attaques incessantes et virulentes des partisans républicains de Donald Trump? Des guerres intestines dans le camp démocrate?

Ou ce vieux routier de la politique qu'est Joe Biden paie-t-il le prix de vouloir absolument gouverner au centre dans un pays toujours plus polarisé?

"Personne ne peut dire avec certitude pourquoi l'opinion publique est rapidement devenue aussi amère. Biden est comme un patient qui souffre d'une maladie impossible à diagnostiquer", écrivait récemment le New York Magazine.

Partager cet article