09.12.21
20:36

La Belgique veut l'extradition de trafiquants de drogues réfugiés aux Emirats

Une convention d'extradition a été signée jeudi entre les Emirats arabes unis et la Belgique, qui espère se voir livrer des trafiquants de drogue activement recherchés par la justice belge, a-t-on indiqué de source officielle à Bruxelles.

Deux accords bilatéraux, portant l'un sur les extraditions, l'autre sur l'entraide judiciaire en matière pénale ont été signés jeudi à Abou Dhabi, a rapporté le ministère belge de la Justice.

La délégation belge était conduite par le ministre, Vincent Van Quickenborne, et Frédéric Van Leeuw, chef du parquet fédéral, compétent pour le terrorisme et la criminalité organisée.

Ces deux accords ont pu aboutir "après plus d'un an d'intenses négociations", selon la même source.

Ils étaient souhaités par les autorités belges, persuadées que les Emirats constituent une destination refuge pour les barons de la drogue faute d'accord d'extradition jusqu'à présent.

Les enquêtes en Belgique sur le crime organisé "mènent régulièrement à des suspects qui se cachent aux Émirats arabes unis (...) c'est notamment le cas dans les affaires de trafic de drogue", souligne un communiqué cosigné par MM. Van Quickenborne et Van Leeuw.

Selon le cabinet du ministre, la justice belge a déjà émis des mandats d'arrêt internationaux contre "sept personnes" pour lesquelles existent "des indices d'une résidence aux Emirats".

Mais il y a des soupçons sur d'autres cas: "Il ne fait aucun doute que si la coopération se concrétise maintenant, des mandats d'arrêt internationaux seront lancés contre dix autres personnes", a ajouté le cabinet dans un message à la presse.

Les lieux de résidence ne sont pas précisément identifiés. Mais selon la presse belge, certaines "figures clés" du trafic de stupéfiants sont installées à Dubaï, comme l'a révélé le décryptage de quantité de communications cryptées via le réseau Sky ECC.

Plusieurs pays européens, dont la Belgique, ont mené début 2021 une vaste opération policière contre ce système de téléphonie très utilisé notamment dans le trafic de cocaïne entre l'Amérique du Sud et l'Europe.

Les interceptions d'échanges sur Sky ECC ont conduit à une cascade de nouvelles investigations en Belgique, et il y a eu à ce jour "un total de 558 arrestations", selon Vincent Van Quickenborne. "Mais il est inacceptable que les principaux responsables tentent d'échapper aux poursuites en se cachant à l'étranger", a déclaré le ministre.

Les investigations aux Pays-Bas après le démantèlement d'EncroChat, autre système crypté utilisé par les mafias de la drogue, mènent aussi vers les Emirats, relèvent encore les autorités belges.

La convention d'entraide judiciaire belgo-émiratie prévoit notamment de pouvoir confisquer aux trafiquants les biens et revenus tirés de leurs activités criminelles.

 

AFP

Partager cet article

En lien avec l'article