04.12.21
14:09

Valérie Pécresse élue candidate de la droite à l'élection présidentielle française

Le scrutin, dématérialisé, s'est ouvert à 08H00 et s'est poursuivi jusqu'à samedi 14H00. Le vainqueur a été annoncé vers 14H30 lors d'une conférence de presse.

Eric Ciotti ou Valérie Pécresse, les adhérents LR ont commencé vendredi matin à voter pour le second tour de leur congrès destiné à désigner le candidat de droite à la présidentielle. Et le résultat est maintenant connu: Valérie Pécresse sera la candidate représentant la droite à l'élection présidentielle française.

Valérie Pécresse remporte le second tour avec 60,95% des voix face à Eric Ciotti (39,05%).

"Je suis une femme qui gagne et qui fait", avait assuré jeudi après le premier tour la présidente de la région Ile-de-France, en se targuant d'une "capacité à rassembler toutes les sensibilités de la droite": selon elle, "du côté de l'Elysée, ils vont devoir réécrire leur scénario" d'un deuxième tour face à l'extrême droite en avril 2022.

Les deux prétendants en lice étaient Eric Ciotti, arrivé légèrement en tête avec 25,6% des voix au premier tour clos jeudi après-midi, et Valérie Pécresse, qui a totalisé 25% des bulletins.

"Osez la droite car on en a besoin", avait lui affirmé Eric Ciotti en vantant un projet fidèle à François Fillon "qui correspond le mieux à ce qu'attendent les électeurs de droite dans ce pays".


Sécurité et immigration face à l'ordre

Le député des Alpes-Maritimes défend une ligne musclée sur la sécurité et l'immigration, propre à ramener vers LR les électeurs tentés par l'extrême droite. 

La présidente de l'Ile-de-France joue elle la carte de la compétence et de l'ordre pour rassembler sa famille politique.

Peu après l'annonce des résultats jeudi, les trois candidats malheureux du premier tour (Michel Barnier, Xavier Bertrand et Philippe Juvin) ont apporté leur soutien à Valérie Pécresse.

Au premier tour, le taux de participation avait atteint 80,89%, sur un corps électoral de 139.742 adhérents. Le parti a en effet connu un gros afflux d'adhérents depuis l'été, lorsqu'il a décidé qu'il fallait être membre du parti pour pouvoir désigner le candidat à la présidentielle.

Partager cet article