04.12.21
19:13

Attaque au couteau dans le centre de Jérusalem, l'assaillant abattu

Un Palestinien a mené samedi une attaque au couteau, ayant blessé au moins une personne dans le centre de Jérusalem, avant d'être abattu par les forces de l'ordre, ont indiqué les secouristes et la police israélienne.

"Vers 16H30, un assaillant (...) a poignardé un passant près de la porte de Damas, à Jérusalem-Est, puis a tenté de poignarder un officier de la police des frontières", a indiqué la police israélienne disant avoir "neutralisé" l'homme en question. 

Ce dernier, un Palestinien, est décédé, a précisé à l'AFP le Croissant-Rouge palestinien, alors qu'un photographe de l'AFP sur place a vu le corps inerte du jeune homme au sol près de la porte de Damas, juste à la sortie de la Vieille Ville de Jérusalem. 

Selon le Magen David Adom, l'équivalent israélien de la Croix-Rouge, la personne blessée est un jeune juif âgé de 20 ans, hospitalisé pour des coups de couteau et actuellement "dans un état oscillant entre modéré et grave".

L'agence de presse officielle palestinienne Wafa a identifié l'auteur de l'attaque comme étant Mohammed Chawkat Ahmed Salima, 25 ans, originaire de la ville de Salfit, dans le nord de la Cisjordanie occupée par Israël depuis 1967.

Samedi soir, la police israélienne a diffusé une vidéo qui montre l'assaillant attaquant un homme vêtu de l'habit traditionnel ultra-orthodoxe, puis courant en direction d'un policier avant d'être abattu. 

Des images de témoins diffusées sur les réseaux sociaux montrent de leur côté le Palestinien étendu au sol, blessé, sur lequel un membre des forces de l'ordre israélien ouvre le feu à au moins deux reprises et à une distance de quelques mètres.

 

"Plein soutien" 

"J'apporte mon plein soutien aux forces qui ont répondu comme il le fallait à cet incident, ont neutralisé le terroriste et ont empêché d'autres atteintes contre les forces de l'ordre et les civils dans la zone", a déclaré le commandant de police Amir Cohen. 

Le Premier ministre israélien Naftali Bennett a lui salué la police pour avoir agi de manière "rapide et décisive (...) contre un terroriste qui a tenté de tuer un citoyen israélien". 

Côté palestinien, le ministère des Affaires étrangères a accusé la police israélienne d'avoir "exécuté" Salima, évoquant un "crime contre l'humanité".    

A Jérusalem, Mohammed Hamadeh, un porte-parole du mouvement islamiste armé Hamas -au pouvoir dans la bande de Gaza-, a accusé dans un bref communiqué la police israélienne "d'avoir délibérément ouvert le feu sur un Palestinien blessé gisant au sol (....) ce qui est une preuve de brutalité".

La police israélienne a également été critiquée par plusieurs hommes politiques et organisations de défense de droits humains israéliens. 

"L'exécution d'une personne qui ne représente plus une menace est un crime horrible", a réagi sur Twitter la députée arabe israélienne Aida Touma Sliman.

"L'assaillant n'a pas été +neutralisé+, il a été sommairement exécuté", a tweeté l'ONG B'Tselem.

Jérusalem, la Cisjordanie occupée et Israël ont été le théâtre à partir d'octobre 2015 et pendant des mois d'attaques anti-israéliennes commises le plus souvent par de jeunes palestiniens isolés. Ces violences ont depuis diminué d'intensité, mais persistent de manière sporadique.

Un Israélien originaire d'Afrique du Sud, Eliyahu Kay, 25 ans, avait a été tué le 22 novembre dernier lors d'une rare attaque à l'arme à feu menée par un Palestinien membre du Hamas dans la Vieille Ville de Jérusalem. 

Dans la foulée, les forces israéliennes avaient mené une opération dans un camp de réfugiés de Jérusalem-Est où vivait l'assaillant, prélude à des heurts sur place avec des Palestiniens.

Partager cet article

En lien avec l'article