03.12.21
09:21

JO-2022 à Pékin: un site pourrait interdire les spectateurs à cause du Covid

L'un des sites majeurs des Jeux olympiques d'hiver de Pékin (4-20 février) imposera aux spectateurs d'être vaccinés, mais ces derniers pourraient être totalement interdits d'accès si l'épidémie s'aggrave en Chine

A la différence des JO d'été de Tokyo, qui se sont déroulés sans public ou presque, ceux organisés en février dans la capitale chinoise autoriseront la présence de spectateurs. Seules les personnes résidant en Chine pourront toutefois y accéder.

Les organisateurs n'ont pas encore annoncé la jauge de spectateurs autorisée lors des Jeux. 

Mais les règles appliquées au Palais national omnisports de Pékin, un stade couvert d'une capacité de 18.000 places et qui accueillera le hockey sur glace, laissent entrevoir ce qui pourrait se passer sur d'autres sites.

Les spectateurs devront être vaccinés et présenter un test Covid négatif, a précisé le quotidien officiel Global Times.

Quelque 6.000 places sont pour l'heure réservées au public sur ce site, mais certaines, voire toutes, pourraient être neutralisées, en fonction de "la situation épidémique à Pékin et dans le pays au moment de l'événement", a déclaré au journal Lei Ming, un haut responsable du Palais national omnisports.

La Chine maintient une stricte politique de contrôle de l'épidémie, une stratégie réussie pour le moment sur le plan sanitaire avec seulement quelques dizaines de nouveaux cas par jour et à peine deux morts en 18 mois.

La vie a repris son cours depuis le printemps 2020 grâce à une batterie de mesures: limitation drastique des visas, quarantaine obligatoire à l'arrivée et aux frais du voyageur, confinements, dépistages massifs ou encore identification des cas contacts grâce à des applications mobiles de suivi des déplacements.

Une stratégie "Covid zéro" qui ne montre aucun signe de relâchement à deux mois des Jeux de Pékin. Les athlètes séjourneront dans une bulle sanitaire et devront subir un dépistage quotidien au Covid-19.

Le personnel chargé de la bonne tenue des JO entrera lui aussi dans cette bulle "quelques jours" avant le début de l'événement et ne sera autorisé à en sortir qu'après les Paralympiques en mars, a souligné Lei Ming.

Aucun contact ne sera autorisé entre les personnes à l'intérieur et à l'extérieur de cette bulle.

Partager cet article