01.12.21
21:08

La formation des enseignants du maternel et du tronc commun passe à quatre ans

Élaborée par la ministre Valérie Glatigny (MR), la réforme vient d’être adoptée par le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, rassemblé en séance plénière.

"L’objectif de cette réforme, attendue depuis plusieurs décennies, est de contribuer à l’amélioration de notre système éducatif, lequel requiert une formation de haut niveau pour les futurs enseignants", souligne Valérie Glatigny, ministre de l’Enseignement supérieur, juste après le vote.

Comme le prévoyait déjà le décret de février 2019, la formation de tous les enseignants du maternel et du tronc commun passera de 3 à 4 ans, et les futurs professeurs seront désormais formés via une co-diplomation entre les hautes écoles, les universités et les écoles supérieures des arts. Le texte précise également les domaines de compétences génériques à développer, quelle que soit la filière suivie, par tous les futurs enseignants francophones, permettant de répondre aux besoins de la mise en œuvre du Pacte pour un enseignement d’excellence.


Un stage de longue durée prévu

Par ailleurs, l’étudiant devra dorénavant réaliser un stage de longue durée au cours d’une année scolaire / académique. Il est crucial de permettre aux futurs professeurs une entrée progressive, encadrée et accompagnée dans leur métier : en Fédération Wallonie-Bruxelles, près de 25% des enseignants quittent la profession au début de leur parcours.

Ce stage - qui comptera pour une partie significative des crédits d’études dédiés à la pratique - se tiendra de préférence au sein du même établissement. Il permettra à l’étudiant, par des heures de stage effectuées en classe, mais aussi par exemple, dans le cadre du travail collaboratif au sein de l’équipe éducative de l’établissement de stage, se préparer à devenir autonome et de faciliter son entrée dans la carrière d’enseignant.

Le texte adopté aujourd’hui est le résultat de consultations larges avec l’ensemble des acteurs du secteur.

La réforme entrera en vigueur en 2022.


Un financement prolongé

Afin d’aider les établissements dans la mise en place et la supervision quotidienne de la mise en place de la réforme, le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a prévu 1,629 million d’euros pour prolonger le financement de conseillers dédiés.

Il sera aussi proposé, dans le cadre des accords sectoriels enseignement, de créer un groupe de travail chargé de débattre des éventuelles évolutions barémiques qui pourraient être décidées à l’horizon 2026, date de la sortie de la première cohorte d’étudiants formés selon la réforme. Les travaux n’éluderont pas la question de la maîtrise budgétaire des AB traitements et les éventuelles évolutions organisationnelles et/ou statutaires, dans un souci de soutenabilité financière de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Partager cet article

En lien avec l'article