26.11.21
06:02

Pékin exhorte Didi, le "Uber chinois", à quitter Wall Street

Les autorités chinoises ont demandé à Didi, l'équivalent d'Uber en Chine, de se retirer de Wall Street où le groupe est coté depuis cet été, sur fond de rivalité technologique entre Pékin et Washington, a affirmé vendredi l'agence Bloomberg.

Didi, qui domine dans son pays le marché de la réservation de voitures avec chauffeur (VTC), est visé depuis juillet par une enquête administrative en lien avec sa collecte de données privées. 

Ces déboires interviennent après la levée de 4,4 milliards dollars (3,7 milliards d'euros) par Didi lors de son entrée fin juin à la Bourse de New York -- à laquelle Pékin n'était pas favorable.

Craignant un transfert de données sensibles aux Etats-Unis, les autorités chinoises avaient alors pris une mesure inédite à l'encontre de Didi: interdire en Chine le téléchargement de son appli. 

Elle reste cependant accessible aux utilisateurs qui l'avaient déjà installée sur leur téléphone.

Pékin souhaite à présent que le champion chinois du VTC se retire de la Bourse de New York, écrit vendredi Bloomberg, qui cite des sources "proches du dossier".

Le régulateur chinois de l'internet a demandé à Didi de formuler des propositions en ce sens, qui devront ensuite recevoir l'approbation du gouvernement, selon l'agence financière. 

La décision, si elle se confirmait, marquerait un tournant pour les start-up chinoises qui ont longtemps été encouragées à lever des fonds aux Etats-Unis pour se développer.  

Mais dans un contexte de rivalité croissante avec Washington, en particulier dans le domaine de la technologie, Pékin redoute désormais que des données cruciales accumulées par ses géants ne fuient à l'étranger.  

Ces derniers mois, la Chine planche sur un durcissement des conditions de cotation à l'étranger pour ses entreprises. Pékin souhaite notamment au préalable un examen approfondi des risques en matière de cybersécurité.

Dans un contexte de nationalisme économique, le régime communiste encourage aussi ses entreprises à se coter sur le marché national et vient d'ouvrir une nouvelle Bourse à Pékin, destinée aux PME, particulièrement celles actives dans les nouvelles technologies.

Partager cet article

En lien avec l'article