26.11.21
07:01

Jour, nuit, jour, nuit, le Codeco va-t-il débrancher la prise ?

Un Comité de Concertation se réunit ce matin à 8h en visioconférence. Le Kern au fédéral s’est réuni hier soir à 20h pour dégager un consensus sur une batterie de mesures. Explications avec Romuald La Morté.

L’équipe d’Alexander De Croo a discuté sur la base du rapport du Commissariat Corona. Un rapport qui recommande plusieurs choses. Tout d’abord, l’arrêt du monde de la nuit. Discothèques, bars, concerts où vous êtes debout. Fêtes étudiantes. Tous les endroits où les gestes barrières, distanciation sociale et masque, ne peuvent être respectés. Les activités dites risquées. Un retour du couvre-feu, pour l’Horeca seulement, avec fermeture à minuit et limitation des convives à 4, excepté pour les familles. Fermeture à minuit aussi pour les marchés de Noëls, qui seraient donc bel et bien maintenus. Ne plus vendre d’alcool passé une certaine heure est également une option sur la table. Les fêtes privées seraient aussi interdites, excepté mariages et funérailles.

Les commerces et le sport semblent également concernés. Plus de fun shopping mais du run shopping, expression popularisée en son temps par Pieter De Crem, souvenir souvenir, une personne seule donc. Pour éviter l’affluence avant les fêtes de fin d’année. Pour le sport, plus de supporters dans les stades de foot. Les activités en plein air se maintiendraient mais sans public. En intérieur, ce n’est pas encore fixé. Mais les sports de contacts Inside risquent de payer un lourd tribut. Et le télétravail sera généralisé à 100%. Tout ceci durant 4 semaines. Alexander De Croo a d’ailleurs hier à la Chambre regretté sa non-application actuelle, une pique directement adressée aux employeurs, accusés de ne pas jouer le jeu.

Les écoles sont aussi dans le collimateur. On va vers le port du masque dès 10 ans, partout, écoles donc compris. La fermeture des salles des profs, la fin des mélanges de groupes de classe (réfectoires, études, garderies, notamment) et la fin des activités extrascolaires sont également au programme. Avec le renforcement des règles de testing-tracing. 

« Avec les chiffres qui s’annoncent, on se reverra avant la fin de la semaine prochaine, ces mesures sont un minimum absolu » avait prévenu Frank Vandenbroucke. On va donc vers un net renforcement des mesures. Et le Premier ministre l’a dit hier, « la situation est pire que dans les modèles les plus pessimistes des experts ». On a un record de contaminations. Ce vendredi, c’est le stop aux demi-mesures demandent les experts. Et Frank Vandenbroucke l’a dit, il va plaider pour des mesures fermes, des mesures partout, « pour sortir de cette misère ». Mais on a surtout l’impression d’avoir été les victimes d’un grand marchandage politique. Du 17 novembre, avec des mesures de la dernière chance déjà revues, et d’un Codeco en octobre qui n’avait rien décidé. Se revoir en janvier était une imposture intellectuelle. Les chiffres donnent raison, une fois de plus, au Ministre de la Santé.

Le confinement de mars 2020, ni d’octobre 2020 n'est cependant pas d'actualité. On ne parle plus de bulle de contact, juste de réduire nos contacts sociaux, avec surtout les personnes vulnérables. La vaccination a permis d’être encore debout, même si les genoux flanchent, sans cela on serait dans un scénario apocalyptique. Nos gouvernements vont développer un plan Booster 3e dose pour vacciner les plus fragiles, de 1,2 million à 3 millions de personnes d’ici Noel. En cette journée internationale des aides-soignantes, ce qu’il nous faut désormais, ce sont des mesures structurelles qui aident le système hospitalier, des mesures post Covid. Car si on ne tire pas les leçons, tous ces sacrifices, au nom du personnel soignant, ne serviront à rien finalement.

Romuald La Morté

 

 

 

 

Partager cet article